5 voitures qu’il faut acheter en 2020 pour profiter de la baisse

Publié le jeu 09/01/2020 - 14:16 . Mis à jour le jeu 09/01/2020 - 14:48. par Jean-Luc Moreau

Le marché du véhicule de collection s’étant débarrassé des investisseurs et des spéculateurs, il reste aujourd’hui les vrais passionnés. Grâce à la baisse parfois importante des cotes, il devient possible d’acquérir à nouveau des modèles qui étaient intouchables il y a encore 3 ans. En voici 5, mais il y en a d’autres !

Austin-Healey Sprite MK2-MK4

Austin-Healey Sprite MK2
Crédit photo :
Dan Henry ©2013 Courtesy of RM Auctions
Voir les photos

Il n’est pas question ici de la Frogeye qui a dépassé la barre des 20 000 € en état 2 (excellent état) mais des générations suivantes, à partir de 1961. Nous nous sommes rendus compte en rédigeant le dossier complet sur les Spridget (voir : historique, guide d’achat, guide fiabilité) que ce petit roadster britannique intéressait à la fois les baby-boomers mais aussi des milléniaux ! Le nom Austin-Healey y est sans doute pour quelque chose (la MG Midget, pourtant plus luxueuse, déclenche moins d’intérêt) et ses prix sont très abordables. Moins sexy, plus polyvalente et performante que la « Frog », une Sprite MK2– MK4 coûte moitié prix. C’est aussi une voiture simple (toutes les pièces sont disponibles) donc idéale pour se faire la main en mécanique.

Tendances du marché 2020

Porsche 911

Porsche 911
Crédit photo :
Porsche AG
Voir les photos

On ne présente plus LA voiture de sport ultime. Avec son 6 cylindres à plat en porte-à-faux arrière, la 911 fait rêver toutes les générations depuis sa présentation en 1963. Cet attrait a alimenté des spéculations considérables cette dernière décennie avec comme résultat des fluctuations spectaculaires des prix. Aujourd’hui, ils sont revenus à un niveau raisonnable, ce qui se traduit par des baisses de parfois 50 % sur certains modèles. C’est donc le moment de craquer, en gardant présent à l’esprit que c’est le plaisir de conduite qu’il faut cibler et non la rentabilité à court terme.

Citroën 2CV

Citroën 2CV
Crédit photo :
Citroën
Voir les photos

À plus petite échelle, le cas de la 2CV est similaire à celui de la Porsche 911. La voiture de collection préférée des français a vu sa cote grimper de façon exponentielle depuis l’an 2000. Sur « le bon coin » des exemplaires en bon état (état 3) se négociaient autour de 12 000 € en 2018 alors qu’on trouvait les mêmes pour 1000 € 15 ans auparavant. La fièvre est un peu retombée malgré le centenaire de Citroën en 2019. L’intérêt de cette envolée c’est qu’elle a poussé les propriétaires à restaurer leurs autos. Certes, ils les vendent encore à des prix assez élevés mais ces derniers sont négociables. Aujourd’hui, on doit pouvoir acquérir une 2CV en très bon état (état 2) pour 10 000 €.

Ferrari Testarossa

Ferrari Testarossa
Crédit photo :
Ferrari
Voir les photos

L’exemple est peut-être un peu extrême mais il traduit bien le cas des modèles dont la valeur était supérieure à 100 000 €. Cette sportive emblématique des années 80 avec son flat 12 de 390 ch. se négociait plus de 130 000 € en 2015. Désormais, un très bel exemplaire se trouve à moins de 80 000 €. Le rêve d’un 12 cylindres frappé du Cavallino devient accessible. Mais gare à l’entretien ! Le remplacement des 2 courroies de distribution, tous les 2 ans, est une « plaisanterie » à 10 000 €…

Alfa-Romeo Montréal

Alfa-Romeo Montréal
Crédit photo :
Alfa-Romeo
Voir les photos

Avec son moteur V8, 2,6 l, 200 ch., dérivé de celui de l’Alfa 33 de course, ce coupé, dessiné par Marcello Gandini, ressemble à une petite Lamborghini Miura. Certes, l’auto n’est pas exempte de défauts (en particulier son moteur placé à l’avant et son châssis de coupé Giulia) mais, jusqu’en 2017, un exemplaire état 2 (excellent état) s’échangeait au-dessus de 100 000 €. Début 2020, un modèle en état similaire se trouve à moins de 60 000 €.

5 voitures dans lesquelles il faut investir en 2020
à lire aussi