Sur les traces d’André Citroën

Publié le dim 13/10/2019 - 09:19 . Mis à jour le dim 13/10/2019 - 10:04. par Jean-Luc Moreau

En prélude à l’édition 2019 d’Automédon, les organisateurs du salon avaient concocté une balade parisienne pour fêter les 100 ans de Citroën. L’itinéraire passait par les lieux emblématiques qui ont marqué l’histoire du constructeur.

Sur les traces d’André Citroën
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Voir les photos

2019 célèbre les 100 ans de la marque Citroën. Difficile de l’ignorer tant les événements ont été nombreux (et de qualité) pour fêter cet anniversaire. Mais il est sans doute bien de rappeler que Citroën est avant tout un constructeur parisien, surtout au moment où la capitale veut chasser l’automobile de ses rues ! C’était le propos de ce rallye, organisé le samedi 12 octobre 2019

Sur les traces d’André Citroën
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

50 Citroën d’avant-guerre

André Citroën étant décédé en 1935, le choix avait été fait de n’accepter que des véhicules conçus du temps de son vivant, c’est-à-dire produits avant-guerre. Ils étaient une cinquantaine, fournis par les clubs : Amicale Citroën et DS France –  Rosalie Citroën Club – Amicale  Citroën10 HP – Amicale  des 5 HP Citroën – C4 C6 Vintage Club de France – Citroscope – La Traction Universelle – Club Vincennes en Anciennes… Parmi les véhicules représentés : une 10 HP type A des débuts (1919 – 1921), une 10 HP B10 (1924 – 1925), des 10 HP B12 (1925 – 1926), des C3 5 HP « trèfle » (1921 – 1926), des C4 (1928 – 1932), des « Rosalie » (1932, 1938) et une belle brochette de Traction (1934, 1957). Évidemment, pas de 2CV, ni de DS, la première étant sortie commercialement 1948 et la seconde en 1956.

Sur les traces d’André Citroën
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Henri-Jacques Citroën, petit-fils d'André Citroën participait à la balade
Sur les traces d’André Citroën
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

Un parcours chargé d’histoire dans Paris

Les véhicules se sont élancés de la porte d’Auteuil pour se rendre rue Octave Feuillet, le domicile d’André Citroën, puis place du Trocadéro. La tour Eiffel est en effet intimement liée à l’histoire de Citroën puisque, de 1925 à 1934, elle a servi d’enseigne publicitaire géante à la marque. Des centaines de km de câbles, 200 000 ampoules avaient été nécessaires pour inscrire en lettres lumineuses le nom de Citroën sur une face, puis sur les 4 faces de la tour.

publicité Citroën Tour Eiffel
Crédit photo :
Domaine public
Sur les traces d’André Citroën
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

L’étape suivante a mené le cortège devant le Grand Palais, théâtre grandiose du salon de l’automobile jusqu’en 1961. Ensuite, direction l’Automobile Club de France, place de la Concorde, avant d’investir la place de l’Opéra. C’est là, en octobre 1928, que Citroën ouvre une vitrine somptueuse pour présenter sa gamme. Ce premier magasin occupe tout un bloc entre la rue de la Paix et le boulevard des Capucines. Un show-room impressionnant avec 15 vitrines géantes.

magasin Citroën Opéra
Le magasin Citroën Opéra en 1928
Crédit photo :
Citroën/Archives Grand Tourisme
Sur les traces d’André Citroën
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

Mais il y a eu encore plus spectaculaire : le garage de l’Europe ! Aménagé dans un ancien bâtiment industriel réalisé par l’atelier Gustave Eiffel, ce fut la première concession Citroën et la plus grande concession du monde à l’époque. Le lieu offrait 15 000 m² d’exposition, ce qui permettait d’accueillir 300 véhicules, c’est-à-dire toute la gamme tourisme et utilitaire.

Garage de l'Europe
Le Garage de l'Europe, première concession Citroën
Crédit photo :
Citroën/Archives Grand Tourisme
Sur les traces d’André Citroën
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

De la place de l’Europe, le rallye s’est ensuite rendu au parc des expositions du Bourget où se déroulait le salon Automédon. Un événement cette fois dédiée à tous les modèles Citroën

Salon Automédon 2019
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Voir les photos
à lire aussi