5 choses à savoir absolument sur l’huile moteur

Publié le mer 10/07/2019 - 07:39 . Mis à jour le ven 20/09/2019 - 14:04. par Jean-Luc Moreau

L’huile c’est le sang de votre moteur. Elle doit non seulement limiter les frottements mais aussi évacuer la chaleur et les contaminants. Elle doit donc faire l’objet d’attentions toute particulières

Fiat 500
Assurer la longévité de sa voiture, c'est d'abord être attentif à la qualité et au bon usage de son huile
Crédit photo :
FCA
Voir les photos

Choisir la bonne huile

Nous n’avons pas tous les mêmes pieds, voilà pourquoi il existe différents types de chaussures dans une vaste gamme de pointures. Nous ne mettons pas, non plus, les mêmes chaussures pour faire du sport, aller à la plage ou sortir le soir. Eh bien, c’est la même chose pour les lubrifiants. Ils doivent être adaptés à chaque véhicule et à chaque type d’usage.

Ayez présent à l’esprit que l’huile moteur universelle n’existe pas. Les moteurs les plus anciens doivent être lubrifiés avec des huiles monograde à faible teneur en détergents. Les véhicules de 1950 à 1970 avec un lubrifiant minéral multigrade avec une teneur moyenne en détergents. Les véhicules après 1970 et les Youngtimer peuvent utiliser un lubrifiant semi-synthétique avec des additifs modernes (stabilité à l’oxydation). Les gros V8 doivent tourner, selon les constructeurs américains, avec une huile à forte teneur en zinc (ZDDP) pour éviter l’usure du train de soupapes.

Quelle huile moteur pour une voiture de collection ?
Huile Motul Classic
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Voir les photos

La bonne quantité

C’est bien connu, l’excès peut être préjudiciable. C’est particulièrement vrai avec les lubrifiants. Si votre jauge possède un repère mini et un repère maxi, ce n’est pas pour rien ! Tout le monde a compris qu’en dessous du mini, dans certaines conditions (courbe rapide, autoroute à grande vitesse), la pompe à huile peut se désamorcer. Il en résulte un défaut de lubrification des organes en mouvement avec les conséquences que vous connaissez. Ce que l’on sait moins c’est qu’un excès d’huile peut être tout aussi dangereux.

Tout d’abord, l’huile peut émulsionner par barbotage. Et une mousse lubrifie nettement moins bien qu’un liquide sous pression ! Ensuite, un niveau d’huile trop important diminue le volume d’air dans le bas moteur. Or, quand les pistons montent et descendent, ils créent une pression dans le carter. Si le volume d’air est insuffisant (l’huile est incompressible) cette pression va être importante et risque de provoquer une remontée d’huile dans les cylindres ou via le reniflard (vapeurs d’huile). S’ensuit un encrassement, un risque de rupture de turbo sur les moteurs suralimentés, voir un emballement sur les diesels. La pression excessive dans le carter peut aussi provoquer la rupture des joints spis et plats. Enfin, 1 litre en trop peut augmenter la température du lubrifiant de 5° C. Par analogie, on sait que l’excès de graisse est d’ailleurs la cause numéro un de la surchauffe des roulements et de leurs défaillances.

Jauge d'huile Alfa Romeo
Le niveau d’huile doit toujours se situer entre le mini et le maxi de la jauge. Jamais en dessous et jamais au-dessus
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Voir les photos
la montée en température du lubrifiant sert également à évacuer l’humidité

Bien faire chauffer

Tous les moteurs à combustion interne ont besoin d’une certaine température pour donner le meilleur d’eux-mêmes. En clair, ils ne délivrent leur puissance maximum que lorsqu’ils sont chauds. Il faut donc sagement attendre que l’huile atteigne au moins 90 °C avant de le solliciter. Ça, nous allons considérer que ceux qui aiment leur voiture le savent et le respectent. Ce qu’ils savent moins, c’est que la montée en température du lubrifiant sert également à évacuer l’humidité. L’eau est un mauvais lubrifiant et pour l’évacuer il n’y a pas d’autre solution, dans un moteur, que de l’évaporer. Même ceux qui ont loupé l’école savent que l’eau se transforme en vapeur à 100°. C’est donc la température minimale pour « assécher » l’huile sans la dégrader. Si vous n’atteignez jamais cette température (petits trajets) on estime que tous les 7 °C en dessous (si l’huile ne monte jamais au-dessus de 93 °C, 86 °C, etc.) vous diminuez, à chaque fois, la durée de vie de l’huile par deux.

Ferrari Dino 246 GTS tableau de bord
La jauge de température d'huile n'est pas seulement là pour faire joli. Ici, tant qu'elle n'a pas atteint 210 °F (99 °C), pas question de solliciter le V6 Dino
Crédit photo :
Ryan Merrill @ 2017 Courtesy of RM Sotheby's
Voir les photos

Utiliser le bon carburant

Ça ne semble pas évident : même le type de carburant que vous utilisez et ses additifs (plus ceux que vous ajoutez éventuellement) ont une incidence sur la santé de votre huile. Par exemple, les lubrifiants de haut de cylindres ou les substituts de plomb ont tendance à augmenter la dilution du carburant dans l’huile ou à laisser des dépôts dans le moteur.

Lorsque l’huile est saturée de carburant, elle ne remplit plus son rôle de lubrifiant. De même, le nettoyage des dépôts raccourcis la durée de vie de l’huile. À l’inverse, certains additifs d’essence, comme les stabilisateurs de carburant, qui empêchent la formation de gommes et de vernis, peuvent préserver la qualité de l’huile. Enfin, règle applicable à tous les Classics et les Youngtimer : le SP95 et le SP95 E10 sont à proscrire. Ils contiennent tous les deux de l’éthanol qui ne fait pas bon ménage avec les huiles pour voitures anciennes. Le seul choix possible est donc le SP 98

Pompe carburant
Le SP 98 est le seul choix possible pour une Classic ou une Youngtimer
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Voir les photos

Ne pas négliger la filtration et la vidange

Sur les voitures anciennes, la filtration manque souvent d’efficacité. Elle est même parfois totalement absente ! Pourtant, la propreté de l’huile est un gage de longévité du moteur. Voilà pourquoi il ne faut pas lésiner sur la qualité de la filtration.

Tout d’abord, n’hésitez pas à installer un kit de conversion pour adapter le système de filtration de votre ancienne aux cartouches modernes. Elles permettent, outre la facilité de remplacement, de choisir différentes qualités de filtres. Évitez les premiers prix qui peuvent perturber le flux d’huile et/ou offrir une filtration moins fine. En la matière, les cartouches sont capables de collecter des particules dont la taille varie de 20 microns à 10 microns, le chiffre le plus petit étant le meilleur.

Il faut surtout remplacer le filtre à chaque vidange car son efficacité diminue rapidement et il se colmate. N’oubliez pas non plus qu’une huile s’use en roulant mais aussi à l’arrêt ! Outre le kilométrage maximum à respecter, qui dépend du lubrifiant utilisé (minérale, semi synthétique, synthèse), il faut également vidanger au moins tous les ans. Même sans rouler, l’huile va en effet se charger en humidité et s’oxyder et ainsi perdre de son efficacité.

Filtre à huile cartouche
Il est impératif de remplacer le filtre à huile à chaque vidange !
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Voir les photos
Quelle huile pour un V8 américain ?
à lire aussi