J’ai acheté une Ferrari aux enchères sur Internet !

Publié le mar 29/10/2019 - 08:09 . Mis à jour le mar 29/10/2019 - 10:27. par Jean-Luc Moreau

Pour beaucoup de passionnés d’automobiles, posséder une Ferrari est le rêve d’une vie. Je m’étais toujours refusé à l’admettre jusqu’à ce dimanche d’octobre 2019, où, en moins de 20 minutes, j’ai claqué toutes mes économies en achetant une 328 GTS aux enchères sur Internet. Récit d’un véritable roman qui aurait pu tourner au cauchemar…

Ferrari 328 GTS
Crédit photo :
©C.HUNSICKER/ACE Team
Voir les photos

J’ai roulé pour la première fois avec une Ferrari (une vraie) en 1987. Jeune journaliste pour l’émission Turbo sur M6, nous avions fait un numéro spécial sur la marque italienne. J’avais alors eu l’immense privilège de conduire la 288 GTO. Porschiste convaincu, je dois dire que l’expérience avait été mitigée : la dureté des commandes, la position de conduite (en biais), le moteur turbo (puissant mais pas du tout à l’aise dans le trafic urbain) me faisaient préférer la 911, plus « civilisée ».

Ferrari 288 GTO
Malgré son exclusivité (272 exemplaires) et son V8 turbo de 400 ch., l’expérience de conduite de ma première Ferrari, une 288 GTO, ne fut pas très probante
Crédit photo :
Ferrari

Grâce à mon métier fabuleux, j’ai depuis pris le volant de presque tous les pur-sangs de Maranello avec, cette fois, quelques expériences exaltantes : la méchante F40, la facile F360 Modena, l’envoûtante Enzo… L’histoire aurait pu en rester là sans des vacances en Bretagne…

La redécouverte de la Ferrari 308 GTSi

Quand on aime les voitures anciennes, avoir des amis qui partagent cette passion peut être « dangereux ». Jean-Paul, qui habite près de Concarneau, possède quelques très belles autos dont une Ferrari 308 GTSi en parfait état. Comme tous les collectionneurs ayant plusieurs voitures, il ne les fait pas rouler autant que nécessaire. Ma venue était donc l’occasion de « dégourdir les jambes » de ce noble haras. J’ai donc pris, entre autres, le volant de la Ferrari, sans moustache et sans chemise à fleurs… mais avec la jubilation, je dois l’avouer, d’être un peu dans la peau de Thomas Magnum (qui roule dans la série TV éponyme au volant d’une Ferrari 308 GTS).

Ferrari 308 GTSi
J’ai redécouvert la Ferrari 308 GTSi pendant les vacances d’été 2019
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

Quel bonheur ! Le temps avait sans doute quelque peu effacé mes souvenirs de cette belle auto. Elle est confortable et son moteur est souple et vif. Et que dire de son chant ? Nonobstant une direction lourde à basse vitesse c’est un régal à conduire. Le ver était dans le fruit…

Ferrari 308 GTSi au volant
Ferrari 308 GTSi est une superbe voiture, très agréable à conduire
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

La cote des Ferrari 308 et 328 a beaucoup baissé

Depuis l’été, je regardais donc d’un œil plus circonspect les annonces de Ferrari 308 et 328 sur Internet. Après un pic début 2017, leur cote s’est érodée petit à petit. Ainsi, entre janvier 2017 et septembre 2019, une 308 GTSi en état 2 (excellent) est passée de 80 000 € à 45 000 € et une 328 GTS de 88 000 € à 68 000 €. En état 3 (bon), elles cotent respectivement 49 000 € et 34 000 €. Notons au passage que les tarifs réclamés par les particuliers sont encore un peu hauts car il est difficile de se résoudre à baisser le prix d’une voiture de collection… qui plus est une Ferrari. Bref, en 2019, le rêve parait presque accessible.

Ferrari 328 GTS
Cette 328 GTS de 1989, n’a trouvé preneur que pour 59 800 € lors de la vente RM/Sotheby’s à Essen en avril 2019. En 2017 elle serait partie pour plus de 73 000 €
Crédit photo :
Tom Wood ©2018 Courtesy of RM Sotheby's

Une enchère 37 % en dessous de la cote !

Pour mon travail, mais aussi par goût, je consulte quasi quotidiennement les annonces des véhicules de collection, sur le bon coin, mais aussi sur d’autres sites européens pour les mêmes raisons. Je suis également inscrit sur les sites de toutes les maisons de vente aux enchères, dans le monde entier… Le dimanche 6 octobre, vers 19h30, je reçois de Catawiki, une plate-forme de vente aux enchères en ligne européenne, un message d’alerte indiquant la fin imminente d’une vente Ferrari. Beaucoup de voitures sont proposées sans prix de réserve, ce qui aiguise ma curiosité. Je me connecte donc et là : mon cœur s’emballe.

Ferrari 328 GTS 1987
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
La voiture est particulièrement séduisante sur les photos du site Catawiki. Il y a-t-il un piège ?
Ferrari 328 GTS 1987
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

Une Ferrari 328 GTS de 1987, noire, évaluée état 2 (très bon état) par les experts de Catawiki, n’a atteint que 48 000 € (pour une estimation de 77 000 €) à un quart d’heure de la fin de la vente. Quelques coups de téléphone express à des amis spécialistes de Ferrari et je décide de surenchérir à 50 000 € à 15 s de la fin de la vente. Le chronomètre arrive à zéro et 90 s sont rajoutées. Un temps interminable pendant lequel je me dis que quelqu’un va finalement proposer plus… Non ! La Ferrari est à moi ! Passé le stade de l’euphorie, vient celui des questions : et si c’était une arnaque ? Comment payer ? Ou récupérer la voiture ? Est-elle aussi belle que sur les photos ? Est-ce bien raisonnable ? La réponse à cette dernière est facile : c’est une folie ! Mais peut-on vivre sans folie ?

Annonce Catawiki enchère
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

Catawiki, c’est plutôt sérieux

La dématérialisation peut être génératrice de stress. C’est le cas quand vous achetez un bien en ligne, et à plus forte raison lorsqu’il s’agit d’une voiture chère. Je n’ai pas vu le véhicule. Je n’ai eu aucun contact, même téléphonique, avec qui que ce soit et je viens pourtant de dépenser toutes mes économies, soit 54 500 € avec les frais, dans un achat « virtuel ». On peut se sentir mal à l’aise pour bien moins que ça. D’autant qu’il faut régler rapidement la somme faute de voir la vente annulée avec des frais à la clé. Catawiki annonce un délai de 3 jours ouvrables, ce qui est presque impossible à tenir pour un virement international. Au téléphone cette fois, une interlocutrice (en France) me rassure : pour les véhicules on dispose de 10 jours pour verser la somme. C’est un paiement sécurisé puisque Catawiki ne paie le vendeur que lorsque le lot est retiré et jugé conforme par l’acheteur. Bon, maintenant il faut aller chercher la Ferrari 328 GTS en Hollande…

Panneau autoroutier Rotterdam
Rotterdam est facilement accessible en voiture par l’autoroute. Aujourd’hui, il n’y a plus aucune frontière physique à traverser
Crédit photo :
©C.HUNSICKER/ACE Team

Rotterdam, plaque tournante des imports US

Une Volvo V60 T8 (hybride rechargeable) blanche pour tracter une Ferrari noire. Marc Debord, le directeur de la communication de Volvo qui m’a prêté ce break, équipé d’origine d’une boule de remorquage, partage mon avis sur l’allure de l’équipage : c’est chic ! Et aussi confortable car il y a 470 km pour aller de Paris à Rotterdam où se trouve la voiture.

Volvo V60 T8 et remorque
La Volvo V60 T8 et ses 390 ch. sont parfaitement à l’aise pour tracter une remorque
Crédit photo :
©C.HUNSICKER/ACE Team

Ce modèle d’origine US a été importé par «Tuned Imports » un spécialiste des voitures classiques américaines et européennes. C’est une société qui a plutôt bonne réputation, ce que va confirmer notre visite. Nous sommes reçus (avec Christophe le photographe qui m’accompagne) par Louis, un des commerciaux qui parle parfaitement français. Il nous fait visiter les vastes locaux, l’atelier et l’entrepôt où 70 voitures attendent d’être livrées, toutes en provenance des USA. Rotterdam est en effet la plaque tournante de ce marché car les frais y sont plus bas et les taxes moins élevées qu’ailleurs en Europe. De plus, «Tuned Imports » fait ses propres chargements et déchargements, ce qui permet de tirer les prix.

garage Tuned Imports
Le hangar de stockage de Tuned Imports à Rotterdam est un paradis pour tous les amateurs d’automobiles anciennes
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

La Ferrari 328 GTS est parfaitement conforme au descriptif

Dans l’entrepôt, au milieu de Corvette, Porsche 911 et autres Bentley, la Ferrari 328 GTS attend scintillante, fraîchement lustrée. Contact… Elle démarre au quart de tour. Mon cœur s’emballe à nouveau. J’ai peur que la mariée soit trop belle ! Mais non. Son état correspond exactement à la description faite par les experts de Catawiki.

Ferrari 328 GTS 1987
Crédit photo :
©C.HUNSICKER/ACE Team
Le rêve devient réalité : la Ferrari 328 GTS attend, rutilante, au milieu des autres voitures
Ferrari 328 GTS 1987
Crédit photo :
©C.HUNSICKER/ACE Team

La carrosserie montre juste un léger coup sur l’aile arrière droite, facile à débosseler. Sinon, pas un éclat, pas une rayure. L’intérieur présente, lui aussi, peu de traces d’usure. Le cuir beige n’est pas griffé, les moquettes sont impeccables et tous les accessoires fonctionnent. Le moteur est plutôt kilométré (93 000 miles) mais il tourne bien et son ralenti est stable à 800 tr/mn. Détails importants : la voiture possède un carnet d’entretien à jour ainsi qu’un Carfax, c’est-à-dire un rapport d’historique complet qui garantit, entre autres, le kilométrage et l’absence d’accident grave. En résumé, tout est conforme au descriptif initial du site Catawiki. La facture et les papiers de dédouanement sont prêts. Il n’y a plus qu’à faire la route dans l’autre sens…

Ferrari 328 GTS 1987 et Volvo V60 T8
Louis, qui parle parfaitement français, nous a réservé un accueil chaleureux, sans savoir que nous étions journalistes
Crédit photo :
©C.HUNSICKER/ACE Team

Le salaire de la peur

La Ferrari 328 GTS passe tout juste sur le plateau qu’un de mes amis m’a prêté. Mais il est impossible de la monter en marche arrière. Or, le moteur étant à l’arrière, il n’y a pas assez de poids sur la flèche. Ceux qui sont habitués à tracter des voitures doivent avoir le sourire en se doutant de ce qui nous attend sur le chemin du retour. Impossible en effet de dépasser 90 km/h sous peine de provoquer le louvoiement de la remorque. Une situation dangereuse heureusement jugulée par le système automatique antilacet qui équipe la Volvo V60. Mais 500 km de nuit, la peur au ventre, sous la pluie, à 85 km/h avec des poids lourds qui vous doublent, est une aventure dont on se passerait aisément. Rentrer par la route n’était de toute façon pas possible. La voiture n’est pas immatriculée (elle le sera en collection car elle a plus de 30 ans) et il est plus prudent de faire un check-up complet de la mécanique avant d’envisager un long trajet.

Ferrari 328 GTS 1987
Il est rare d’être suivi d’aussi près par une Ferrari ! Mais c’est une vision de cauchemar lorsque la remorque se met à louvoyer
Crédit photo :
©C.HUNSICKER/ACE Team

Les avantages et les inconvénients des enchères sur Internet

Au final, mon expérience se conclue de façon plutôt positive. Mais avant de se lancer il faut absolument peser le pour et le contre. Les ventes aux enchères d’automobiles sur Internet sont une arme à double tranchant : on peut y gagner beaucoup et y perdre tout autant. Voici donc, listés, les avantages et les inconvénients à bien prendre en compte avant de se lancer :

Avantages
  • • Le choix est vaste avec un renouvellement des ventes hebdomadaire.
    • Les véhicules sont proposés dans des ventes thématiques (les allemandes Classics, les véhicules de prestige, les Yougtimers, etc). Cela permet de comparer facilement divers modèles entre eux.
    • La durée de la vente (en général 7 jours) est beaucoup plus longue que celle d’une vente aux enchères en salle. Cela permet de se renseigner, et éventuellement de se déplacer pour voir le véhicule pendant la durée des enchères
    • Les expertises réalisées paraissent fiables. Les estimations de prix sont réalistes
    • On bénéficie d’un paiement sécurisé puisque le vendeur n’est payé qu’une fois le lot retiré
    • Il y a de bonnes affaires potentielles, surtout lorsque les voitures sont proposées sans prix de réserve
Inconvénients
  • • Il est souvent impossible de voir la voiture avant l’achat. Soit parce que les délais sont trop courts, soit parce que le véhicule se trouve loin de votre domicile.
    • Aucun essai n’est possible, même si vous vous rendez sur place pour voir la voiture
    • En cas d’achat, il n’existe aucun recours. On ne peut pas invoquer le vice caché dans le cas d’une vente aux enchères
    • Il faut prendre en compte les frais qui se rajoutent à votre enchère. Sur Catawiki ils sont de 9 %. Ils sont cependant moins élevés que dans les salles de vente (de 12 % à 25 % selon les maisons de vente)
    • Il faut aller chercher le véhicule chez le vendeur. On peut faire appel à un transporteur mais il faut de toute façon signer les papiers

Ferrari 328 GTS 1987
Crédit photo :
©C.HUNSICKER/ACE Team
Voir les photos
à lire aussi