BMW E1 : 20 ans d'avance !

Publié le lun 01/07/2019 - 09:18 . Mis à jour le mar 24/09/2019 - 14:05. par Jean-Luc Moreau

Un gabarit compact, 4 places, un poids réduit, 120 km/h et 160 km d'autonomie. Il ne s'agit pas des caractéristiques de la BMW i3 mais de celles de sa « grand-mère ». Une voiture électrique révolutionnaire présentée en… 1991 !

BMW E roulant
Cette mini voiture électrique a tous les attributs d'une vraie Béhème
Crédit photo :
BMW AG
Voir les photos

« Le plus gros obstacle au développement de la voiture électrique c'est le stockage de l'énergie ». Cela fait maintenant plus d'un siècle que cette petite phrase revient dans la bouche des concepteurs d'automobiles. Pourtant, à l'aube des années 90, les ingénieurs de BMW pensèrent avoir résolu ce problème. La batterie sodium/soufre offrait des perspectives intéressantes et le constructeur allemand se lança alors dans la conception de ce que certains considèrent comme « la voiture la plus avancée du XXe siècle ».

La E1 fut présentée au salon de Francfort 1991. C'était une citadine compacte (3,46 m x 1,65 m) mais elle embarquait sans mal quatre adultes et des bagages. Sa structure était en profilés d'aluminium extrudé et sa carrosserie en plastique recyclé. Grâce à cela, son poids dépassait à peine les 900 kg malgré 200 kg de batteries. Le gros accumulateur sodium/soufre était situé dans le plancher sous les sièges arrière. Il embarquait 19,2 kWh d'énergie et se rechargeait sur une simple prise (6 h) ou en 2 h seulement sur une borne dédiée.

BMW E1
La BMW E1 se recharge en 2h sur une prise dédiée
Crédit photo :
BMW AG
Voir les photos
Comme les voitures électriques les plus récentes, la BMW E1 se conduit avec une seule pédale

« La citadine idéale »

Ce fut la conclusion de mon essai lorsque j’eu le privilège d'essayer la E1 pour l'émission Turbo sur M6. En fait, c'est la vivacité de l'auto qui m'avait le plus impressionnée. Avec son moteur à induction développant 32 kW (43,5 ch.) et son poids plume, cette petite BMW accélère aussi fort qu'une grande, ou presque. Le constructeur annonçait 0 à 50 km/h en 6 s. C'était une vraie béhème, c'est-à-dire une propulsion, le moteur et sa transmission étant installés entre les roues arrière.

BMW E1
4 places en 3,46 m de long, c'est un vrai tour de force pour une voiture électrique capable de parcourir 160 km
Crédit photo :
BMW AG
Voir les photos

J'avais aussi été impressionné par le freinage récupératif, une première mondiale : « Il suffit de lever le pied de l'accélérateur pour que la voiture freine toute seule. En fait, comme il n'y a pas d'embrayage, on pourrait presque se contenter d'une seule pédale ». Rassurez-vous, il y avait tout de même une pédale de frein et même l'ABS. En outre, ce système permettait d'augmenter l'autonomie. BMW annonçait 160 km de rayon d'action et même 265 km avec des conditions optimales. N'ayant eu l'opportunité de tester l'engin que dans l'enceinte de l'usine, je n'ai évidemment pas pu vérifier ces chiffres. Cependant, dans mon souvenir, mes quelques tours de roues avec la E1 ne furent pas si éloignés des sensations qu’on peut aujourd'hui éprouver au volant d'une Renault Zoé. Mais c'était il y a plus de 20 ans !

Alors pourquoi ça n'a pas marché ? À cause de la batterie ! Beaucoup trop chère pour une production de série et dont la durée de vie était limitée à 5 ans. Qui a dit que l'histoire n'était qu'un éternel recommencement ?

BMW E1
Crédit photo :
BMW AG
Voir les photos
à lire aussi