Essai Austin-Healey Sprite MKI 1960 : mi grenouille mi prince charmant

Publié le lun 04/11/2019 - 06:39 . Mis à jour le mar 12/11/2019 - 07:37. par Jean-Luc Moreau

Les Anglais l’appellent «Frogeye », les yeux de grenouilles, à cause de son faciès de batracien. Mais l’Austin-Healey Sprite MKI ne fait pas seulement sourire lorsqu’on la regarde. C’est aussi un engin très ludique à conduire.

Austin-Healey Sprite MKI 1960
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Voir les photos

De son vrai nom, elle s’appelle Sprite : le lutin. C’est vrai qu’à l’époque des « ogres SUV », ce petit roadster anglais semble minuscule. En fait, il l’est ! Il ne mesure que 3,43 m de long sur 1,35 m de large pour 1,25 m de haut. Histoire de vous donner un point de comparaison, une Mazda MX-5 NA (la première), considérée comme un petit cabriolet, mesure 3,97 m x 1,68 m. Presque 50 cm de plus en longueur et 33 cm de plus en largeur ! Du haut de ses 975 kg, la geisha passe aussi pour une obèse face aux 676 kg (à sec) de la lilliputienne.

Austin-Healey Sprite MKI 1960 Sandy Heribert François Allain
La Frog est vraiment minuscule. On s’en rend compte ici, lors du tournage d’un épisode de Vintage Mecanic (RMC Découverte) avec Sandy Heribert et François Allain à ses côtés
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
A l’origine, les phares devaient être rétractables
Austin-Healey Sprite MKI 1960 sigle
Sprite signifie lutin mais les Européens l’appellent Frogeyes, les yeux de grenouilles
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

Le nom de lutin va donc plutôt bien à cette auto, dévoilée en amont du grand prix de Formule 1 de Monaco 1958 et présentée comme une petite sportive pour la jeunesse. Pourtant, personne ne l’appelle jamais ainsi. Outre-Atlantique, c’est la Bugeye (yeux globuleux) et de ce côté-ci, la Frogeye (yeux de grenouilles). Deux patronymes pour le moins adaptés à sa bouille de batracien jovial. Le plus drôle c’est que cette caractéristique marquante est due à de basses économies. À l’origine, la Sprite MKI devait en effet être commercialisée avec des phares rétractables (à la manière d’une Porsche 928). Mais, BMC (British Motor Corporation) juge le système trop coûteux pour de la fabrication en grande série. L’auto conserva donc en permanence ses gros yeux au-dessus du capot…

Austin-Healey Sprite MKI 1960 phares
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
La bouille de grenouille fait sourire
Austin-Healey Sprite MKI 1960 phares
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

Austin-Healey Sprite MKI : le low cost avant l’heure

Le cahier des charges de la « Frog » était clair : faire simple et pas cher. L’auto reprend donc des organes mécaniques de grande série comme le moteur BMC type A. Elle adopte une monocoque plus simple à fabriquer (une première pour une voiture anglaise) et renonce à tout ce qui peut grever le budget et le poids. Ainsi, ne cherchez pas les poignées ni les serrures de portes : il n’y en a pas ! Il faut ouvrir de l’intérieur, ce qui ne pose pas de problème particulier car il n’y a pas de glaces latérales. Il n’y a pas non plus de coffre ou plutôt pas d’ouverture pour y accéder. Pour placer des bagages dans le petit espace arrière, encombré par la roue de secours, il faut basculer le dossier des sièges et se contorsionner.

Austin-Healey Sprite MKI 1960 moteur
Le moteur n’est pas gros mais les 56 ch. sont largement suffisants pour procurer des sensations fortes
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Austin-Healey Sprite MKI 1960 poignée porte
Il n’y a pas de poignées de portes à l’extérieur. Il faut se pencher dedans pour ouvrir
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Austin-Healey Sprite MKI 1960 arrière
Il n’y a pas d’ouverture pour accéder au coffre ce qui contribue à la rigidité de la structure monocoque
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

La capote ? C’est plutôt une bâche légère, longue à installer. Quant à l’équipement, il est si réduit que même le chauffage est une option. Cela dit, en digne voiture de sport, la Frog possède une instrumentation assez complète avec un compte-tours et un manomètre de pression d’huile.

Toutes ces économies ont permis de maintenir le prix à un niveau incroyablement bas. En 1959, l’auto est vendue 669 £ (455 £ hors taxes), soit l’équivalent de 11 764 £ actuelles (environ 13 600 €).

Austin-Healey Sprite MKI 1960 tableau de bord
Le volant d’origine (moche) a été remplacé par un modèle en bois, à la fois plus chic et d’un diamètre un peu inférieur, ce qui simplifie l’accès à bord
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Austin-Healey Sprite MKI 1960 compteurs
Le tableau de bord est simple mais complet avec un compte-tours et un manomètre de pression d’huile
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Austin-Healey Sprite MKI 1960 capot
L’avant de la carrosserie s’ouvre d’un bloc, au prix d’un effort surhumain vu le poids et la taille de cette pièce en tôle
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Voir les photos
à lire aussi