Guide fiabilité Sunbeam Alpine et Tiger

Publié le sam 07/09/2019 - 12:21 . Mis à jour le ven 11/10/2019 - 05:53. par Jean-Luc Moreau

Les Sunbeam n’ont pas l’aura des MG, Triumph ou Austin Healey mais elles sont moins « anglaises » dans leur approche mécanique, comprenez : plus simples et mieux finies… Mais une qualité de fabrication supérieure ne signifie pas pour autant fiabilité à toute épreuve, en particulier en matière de corrosion !

Sunbeam Tiger transparence
Voir les photos

Plus encore que les autres roadsters britanniques, la Sunbeam Alpine réclame une attention toute particulière au moment de l’achat, en particulier pour déceler les traces de corrosion. La rouille est la principale cause de disparition de ces voitures. Il est d’ailleurs préférable de fuir un exemplaire gravement touché. Il faut également savoir que les derniers modèles sont plus sujets à ce mal que les premiers. À l’inverse, les séries 1,2 et 3 sont plus difficilement réparables car elles ont subi une foule d’évolutions mineures qui rendent certaines pièces introuvables.

Les Tiger sont généralement plus saines ce qui n’est pas lié à leur fabrication mais à leur valeur plus grande qui a permis un entretien plus rigoureux ou de grosses restaurations.

Sunbeam Tiger
Les Tiger ont souvent fait l'objet d'une restauration méticuleuse
Crédit photo :
Darin Schnabel ©2018 Courtesy of RM Sotheby's
Voir les photos
À retenir
  • De manière générale, les pièces pour une Sunbeam Alpine ou Tiger sont bien plus chères et moins abondantes que celles des modèles britanniques des années 50 et 60.

Carrosserie

L’Alpine se distingue de ses concurrentes de l’époque par sa structure monocoque. Avec ses gros longerons et un imposant renfort central en X, elle est particulièrement robuste, ce qui a permis l’installation du V8 de la Tiger. Toutefois, solide ne peut pas dire indestructible. La corrosion peut compromettre la rigidité de l’ensemble. L’humidité pénètre entre le garde-boue avant et le passage de roue intérieure. La rouille gagne alors les 7 couches d’acier estampé des bas de caisse. Lorsque des cloques apparaissent à l’extérieur, c’est toute la structure qui est touchée. Un essai routier le mettra facilement en évidence puisqu’une Alpine (ou Tiger) en bon état ne doit pas « grincer », même sur chaussée déformée.

Sunbeam Alpine 5
Les carrosseries des Sunbeam Alpine et Tiger sont particulièrement sujettes à la rouille. Paradoxalement ce sont les derniers modèles qui sont les plus touchés
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

Des traces de corrosion dans le coffre, au niveau du panneau arrière, doivent aussi alerter. La rouille peut affaiblir les ancrages des lames de ressort et la structure même de la voiture. Pour le vérifier, il faut placer un cric à l’arrière de la voiture et ouvrir les portes. Si l’opération est difficile ou si elles ne se referment pas, les travaux à prévoir ont toutes les chances de dépasser le prix initial de l’auto. Danger !

Si aucune restauration n’a jamais été effectuée, il est quasiment certain que la jupe avant, sous les feux de position, les arches de roue avant et arrière, les bas d’ailes avant et arrière et/ou les planchers sont touchés. Le capot des dernières séries 5 peut aussi présenter des traces de rouille.

Essai Sunbeam Alpine série 5 (1966) : injustement méconnue !
Sunbeam Alpine 5
Il n’est pas rare de trouver des Sunbeam Alpine dans un état de décomposition avancée. Cela explique la disparition de beaucoup de voitures car, si la réparation est rentable dans le cas d’une Tiger, ce n’est pas le cas concernant les 4 cylindres
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

Il existe en Angleterre des panneaux de réparation pour les ailes avant et arrière, les bas de caisse ou les arches de roues arrière mais les tôles des planchers devront être refaites à la main.

Moteurs

Qu’il s’agisse des 4 cylindres ou des V8, les moteurs des Alpine et Tiger sont fiables, à condition de respecter scrupuleusement les intervalles de vidange avec, à chaque fois, un changement du filtre à huile, ce qui n’est pas facile sur les V8… Évidemment, concernant les 4 cylindres, le 1725 cm³, avec son vilebrequin monté sur 5 paliers, est le plus robuste du lot. Les pièces des moteurs sont assez faciles à trouver au Royaume-Uni, excepté le vilebrequin de tous les modèles. Des culasses en aluminium reconditionnées sont également disponibles, de même que tous les types de carburateurs. Notez qu’un Weber double corps peut être installé sur une pipe d’admission de série 4.

Sunbeam Alpine 5
Les filtres à air d’origine sont chers et peu efficaces. On peut facilement adapter des éléments filtrants K&N en conservant le boîtier extérieur
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

On trouve des lignes d’échappement complètes aux spécifications d’origine ou en inox à des prix raisonnables. Enfin, concernant les accessoires électriques (générateur, régulateur, bobines…), ils sont communs à beaucoup de modèles britanniques, donc pas très chers et faciles à trouver.

C’est aussi un jeu d’enfant de trouver, aux États-Unis, des organes mécaniques pour les V8, qu’il s’agisse du « 260 » ou du « 289 ». Toutefois, certaines pièces spécifiques à la MK II sont introuvables ou dispendieuses, comme le carénage de ventilateur, la patte de fixation de l’alternateur, le radiateur d’huile ou le vase d’expansion. Enfin, si l’accessibilité mécanique est déjà moyenne sur les V8, le remplacement des bougies tourne au cauchemar. Il faut souvent une demi-journée pour y parvenir !

Guide d’achat Sunbeam Alpine et Tiger
Sunbeam Tiger
Toutes les pièces du V8 Ford sont faciles à trouver aux États-Unis. On trouve même des blocs complets pour moins de 3000 euros
Crédit photo :
Ford Motor

Transmissions

Les boîtes manuelles montées sur les Alpine sont très robustes. Cependant, dans le cas d’une restauration, les pièces des boîtes des séries 1 à 3 sont quasi inexistantes. Heureusement, il est possible de remplacer le volant moteur, l’embrayage et la commande d’embrayage pour installer une boîte totalement synchronisée de série 4 ou de série 5. Beaucoup de propriétaires rajoutent également un overdrive (présent sur 50 % des voitures en sortie d’usine).

Des kits de réparation pour les maîtres-cylindres émetteurs et récepteurs d’embrayage sont disponibles, de même que tous les composants d’embrayage.

Sunbeam Alpine 5
La restauration des éléments du système d’embrayage est facile et peu onéreuse
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

La boîte automatique ne pose pas de problème particulier de fiabilité ou d’entretien. Ce qui est aussi le cas des boîtes mécaniques des versions V8

Suspensions et trains roulants

Dans ce domaine, les série 4 et série 5 font preuve de plus d’endurance que les générations précédentes. Elles sont aussi plus faciles à entretenir. Sur les séries 1 à 3, les pivots nécessitent un graissage périodique et les amortisseurs à bras arrière perdent vite en efficacité.

Le pont Salisbury de tous les modèles peut se montrer sonore avec l’âge.

Un flou dans la direction des versions 4 cylindres peut traduire une usure du système de tendeur du boîtier. Il existe des pièces pour les reconditionner.

Les freins ont une bonne efficacité et une bonne longévité. Revanche, si les plaquettes sont aisément disponibles, les étriers remis à neufs sont plus rares et les disques des premières générations sont un vrai défi à trouver.

Sunbeam Alpine 5
Les trains roulants des Alpine et des Tiger sont pratiquement identiques
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Voir les photos

Intérieur

La capote souple fait preuve d’une belle longévité. Elle est aussi parfaitement étanche, ce qui est presque un cas unique pour un roadster britannique. Elle est désormais refabriquée. De nouvelles productions ont aussi été lancées pour les joints de portes, de fenêtres et de hard-top. Pour ce dernier, les modèles en acier des séries 4 et 5 sont sujets à la corrosion. Leurs fenêtres en plastique rigide laissent apparaître des microfissures ce qui limite considérablement leur transparence. Leur remplacement coûte très cher.

Sunbeam Tiger
La capote des cabriolets n’est ni très belle ni très pratique à manipuler mais elle est étanche, ce qui est suffisamment rare sur un roadster britannique pour être mentionné
Crédit photo :
karissa-hosek-c2015-courtesy-of-rm-auctions

Les matériaux de l’habillage intérieur vieillissent plutôt bien. Ils sont de plus faciles à trouver, hormis pour la Tiger MKII. Dans ce dernier cas, un habillage intérieur d’origine, totalement conforme, coûte pas loin de 45 000 euros ! D’ailleurs, beaucoup de pièces de la MKII sont spécifiques et atteignent des prix déraisonnables. Voilà pourquoi il est essentiel d’acheter une MKII complète !

Les compteurs, d’origine Jaeger sont plus fiables que l’instrumentation Smith des autres anglaises mais ils sont presque impossibles à trouver. Il faut donc les faire restaurer.

Comme sur beaucoup de voitures anciennes, la mousse des sièges a tendance à se désagréger avec le temps. On retrouve des mousses préformées pour les séries 4 et 5 (ou les Tiger) ainsi que des coiffes de sièges en vinyle, comme d’origine, ou en cuir.

Sunbeam Tiger
Il existe de quoi refaire un intérieur totalement neuf mais attention au budget en ce qui concerne certaines pièces, en particulier sur les Tiger MK II
Crédit photo :
Darin Schnabel ©2018 Courtesy of RM Sotheby's

Pratiquement tous les éléments de finition (sigles, lettres « SUNBEAM », barre de calandre, etc.) sont maintenant disponibles mais tous ces éléments sont beaucoup plus chers que les éléments équivalents pour une MG, une Triumph ou une Austin Healey, ce qui pèsera sûrement dans la balance au moment du choix.

à lire aussi