Cote Peugeot 504 coupé et cabriolet

Publié le mar 27/08/2019 - 17:05 . Mis à jour le ven 20/09/2019 - 15:08. par Jean-Luc Moreau

Les Peugeot coupés et cabriolets 504 ont toujours été considérés comme de belles et bonnes voitures. Pourtant, ils ont très longtemps été sous cotés. Aujourd’hui le mal est en partie réparé avec une progression régulière des valeurs depuis une dizaine d’années. Hausse encore boostée par leur 50e anniversaire en 2019.

Peugeot 504 cabriolet V6
Crédit photo :
L'argus
Voir les photos

Même si la production des 504 coupés et cabriolets a été importante avec 34 661 exemplaires au total, 92,55 % de ce volume a aujourd’hui disparu ! Selon les chiffres de AAAData, il ne resterait, début 2019, que 1706 coupés (sur 26 476) et 875 cabriolets (sur 8185). Les belles de Sochaux sont donc devenues rares ce qui est un mauvais présage pour les amateurs en devenir mais une bonne nouvelle pour les propriétaires.

Historique Peugeot 504 coupé et cabriolet
Peugeot 504 coupé 1970
Beaucoup plus nombreux que les cabriolets à l'origine, les coupés le sont aujourd'hui beaucoup moins. La rouille a fait son oeuvre !
Crédit photo :
Peugeot

Les coupés disparaissent vite

On peut s’étonner de la disparition plus rapide des coupés. Elle s’explique de deux façons. Tout d’abord, ces modèles ont plus circulé l’hiver et ont donc été rongés par la rouille plus rapidement. Comme les pièces de carrosserie ne sont plus disponibles depuis longtemps, beaucoup ont fini à la casse. Le prix inférieur des coupés en occasion explique sans doute aussi leur disparition plus rapide, leur entretien ayant certainement été plus négligé.

Le cabriolet deux fois plus cher que le coupé

Peugeot 504 cabriolet 1973
L'image plus glamour du cabriolet et sa rareté plus grande (même relative aujourd'hui) expliquent sa cote plus élevée
Crédit photo :
Peugeot
Voir les photos

Aujourd’hui la cote du cabriolet est environ deux fois plus élevée que celle d’un coupé de même génération. On peut donc voir le coupé 504 comme une bonne affaire si on trouve un exemplaire en bon état de carrosserie.

Le cabriolet a vu sa cote en augmentation régulière et soutenue depuis une dizaine d’années. Une « série 1 », 1,8 l (B02), vendue 23 000 francs en 1969 cote aujourd’hui, en « état 1 » (état concours), plus que le prix neuf de l’époque qui correspond à 26 598 € en euros constants. C’est un bon marqueur pour déterminer qu’un véhicule est devenu un vrai collector.

Le cabriolet V6 et la « série 1 » ont les cotes les plus hautes

Dans ce rôle de collector, c’est le cabriolet V6 « série 2 » qui détient la palme. Il est rare (974 exemplaires produits) et offre un petit supplément de dynamisme par rapport au 4 cylindres. Son prix de vente en 1975 était de 47 710 francs, ce qui correspond à 33 609 € actuels. Une valeur largement dépassée par les modèles en très bon état.

La « série 1 »

Peugeot 504 cabriolet 1973
Crédit photo :
Peugeot
Voir les photos

Comme souvent en collection, les premiers modèles sont les plus recherchés. C’est ici le cas des type B02 (cabriolet) et C02 (coupé) équipés du moteur 4 cylindres 1,8 l. Le premier est plus rare (1114 exemplaires produits) que les versions ultérieures du cabriolet avec le moteur 2 l, ce qui justifie sa cote supérieure. Encore plus rare (292 cabriolets et 2163 coupés produits), la boîte automatique est, à l’inverse, plutôt dévalorisante à cause de son agrément limité et d’une fiabilité en baisse. Comptez 20 % de décote.

Peugeot 504 cabriolet 1,8 l 1969 : la bourgeoise dévergondée

La « série 2 »

Peugeot 504 cabriolet 1977
Crédit photo :
Peugeot
Voir les photos

Elle est reconnaissable à ses optiques simples à l’avant et à ses feux arrière carrés (en remplacement des feux à 3 barrettes obliques). Avec le 4 cylindres, elle est environ 10 % moins chère que la « série 1 » avec la même motorisation. Une baisse qui s’applique au coupé comme au cabriolet.

Avec la motorisation V6, outre le cas du cabriolet évoqué précédemment, il faut distinguer, dans les coupés, ceux équipés du moteur à carburateur et ceux dotés de l’injection K-Jetronic. Plus puissant, plus fiable et plus sobre le V6 Ti (injection) apprécie fortement la valeur de l’auto (+ 30 %).

La « série 3 »

Peugeot 504 coupé 1983
Crédit photo :
Peugeot
Voir les photos

La « série 3 »

Avec ses pare-chocs en plastique c’est la moins prisée des collectionneurs malgré un intérieur un peu plus cossu que celui des générations précédentes et une boîte de vitesses à 5 rapports sur tous les modèles. La décote est encore de 10 % par rapport à une « série 2 », quelle que soit la motorisation

Cote Peugeot 504 coupé et cabriolet
Perspectives
  • La cote des 504 cabriolets devrait continuer à progresser, d’autant que de nombreux éléments sont favorables. Tout d’abord son 50e anniversaire, en 2019, donne un coup de projecteur sur ce modèle, tout comme le concept Peugeot e-Legend, présenté au mondial de l’auto de Paris 2018. Ensuite car le nombre d’exemplaires encore en circulation en fait désormais un modèle rare. Enfin parce que certaines pièces indisponibles jusqu’alors (en particulier les panneaux de carrosserie) sont progressivement refabriquées.

    La progression de 50 % de la cote, enregistrée sur 5 ans, devrait perdurer. Un très bon placement pour une voiture de collection « sans problème ».

    Les coupés ont été injustement délaissés. Leur disparition massive devrait doper leur cote pour les exemplaires encore en bon état. L’écart de prix (du simple au double) entre le coupé et le cabriolet devrait progressivement s’amenuiser. Il faut en profiter en gardant présent à l’esprit que les autos en « état 3 » (correct) ou inférieurs ne sont pas fatalement de bonnes affaires. Les prix bas doivent permettre d’acquérir un exemplaire en bon (état 2) voir très bon état (état 1,5), en partie au niveau de la carrosserie.
Peugeot 504 coupé
L'acquisition d'un coupé série 2, particulièrement s'il est équipé d'un V6 injection est une belle opportunité
Crédit photo :
Peugeot
Voir les photos

MARQUE

MODELE

CARROSSERIE

MOTEUR

COTE ETAT 4

COTE ETAT 3

COTE ETAT 2

Peugeot

504

Série 1(B02)

69-70*

CABRIOLET

4 cylindres en ligne 1796 cm3

9875 €

16000 €

27920 €

Peugeot

504

Série 1(C02)

69-70*

COUPÉ

4 cylindres en ligne 1796 cm3

4922 €

8000 €

14016 €

Peugeot

504

Série 1(B12)

71-74*

CABRIOLET

4 cylindres en ligne 1971 cm3

9238 €

15000 €

26221 €

Peugeot

504

Série 1(C12)

71-74*

COUPÉ

4 cylindres en ligne 1971 cm3

4609 €

7500 €

13152 €

Peugeot

504

Série 1(B14)

71-74*

CABRIOLET

4 cylindres en ligne 1971 cm3

BVA

7342 €

12000 €

21088 €

Peugeot

504

Série 1(C14)

71-74*

COUPÉ

4 cylindres en ligne 1971 cm3

BVA

3675 €

6000 €

10550 €

Peugeot

504

Série 2(B31)

75-77*

CABRIOLET

V6 2664 cm3

carburateur

12448 €

20000 €

34659 €

Peugeot

504

Série 2(C31)

75-77*

COUPÉ

V6 2664 cm3

carburateur

5863 €

9500 €

16600 €

Peugeot

504

Série 2(C33)

75-77*

COUPÉ

V6 2664 cm3

Carburateur

BVA

4671 €

7600 €

13325 €

Peugeot

504

Série 2(B12)

78-79*

CABRIOLET

4 cylindres en ligne 1971 cm3

8287 €

13500 €

23661 €

Peugeot

504

Série 2(C12)

78-79*

COUPÉ

4 cylindres en ligne 1971 cm3

4141 €

6750 €

11852 €

Peugeot

504

Série 2(C14)

78-79*

COUPÉ

4 cylindres en ligne 1971 cm3

BVA

3303 €

5400 €

9505 €

Peugeot

504

Série 2(C32)

78-79*

COUPÉ

V6 2664 cm3

injection

7669 €

12350 €

21472 €

Peugeot

504

Série 3(B12)

80-84*

CABRIOLET

4 cylindres en ligne 1971 cm3

7436 €

12150 €

21346 €

Peugeot

504

Série 3(C12)

80-84*

COUPÉ

4 cylindres en ligne 1971 cm3

3722 €

6075 €

10680 €

Peugeot

504

Série 3(C32)

80-84*

COUPÉ

V6 2664 cm3

injection

6884 €

11115 €

19367 €

 *millésime

à lire aussi