Ford Mustang (1964-1968) - Guide d'achat

Publié le lun 30/12/2019 - 10:07 . Mis à jour le mar 31/12/2019 - 14:33. par Thierry Réaubourg

Difficile de s’y retrouver au sein de la grande famille Mustang. Et pour cause, les modèles, motorisations et équipements pullulent autant qu’ils diffèrent. Il convient donc de s’initier un tant soit peu avant de passer à l’acte…

Avec pas moins de 2 078 082 exemplaires au compteur, les deux premières générations de Mustang (1964-66 et 1967-68), parmi les plus prisées aujourd’hui, ont donné naissance à quantité phénoménale de versions. Par le truchement des trois carrosseries (coupé, fastback, cabriolet), d’une gamme de motorisations allant du paisible 6-cylindres au V8 big-block et d’une liste d’options à n’en plus finir, il n’existe quasiment pas deux modèles identiques !

Ford Mustang 1965 1966 coupé cabriolet convertible
Crédit photo :
Thierry Réaubourg
Voir les photos

Le bon grain et l’ivraie

Il faut garder à l’esprit que la Mustang doit son succès à un prix d’appel défiant toute concurrence à l’époque, et que par conséquent, nombreuses sont celles à se présenter dans leur plus simple appareil (moteur de base, boîte manuelle trois vitesses, freins à tambours, pas ou peu d’options). Du coup, la plupart des pièces étant aujourd’hui rééditées, il est devenu très facile pour un vendeur indélicat de faire passer une vessie pour une lanterne : le bel intérieur Luxury, les badges GT et les « fog lamps » qui vous plaisent tant ont peut-être été posés la veille…

Dans la vraie vie, les authentiques Mustang GT ne représentent que 2,7 % de la production en 1965, 4,2 % en 1966, 5,1 % en 1967 et 5,5 % en 1968 ! Autre exemple, le bel intérieur Luxury a embellit à peine 10 % des Mustang produites durant la période ici traitée. Les freins avant à disque n’équipent à l’origine que 4,4 % d’entre elles en 1965 et culminent à 11,9 % en 1967… La boîte automatique reste en revanche majoritaire, avec un ratio de 55 à 63 % selon les années. Les moteurs 289 ci « high perf », 390 ci et 428 ci sont quant à eux si rares que les voitures qu’ils animent, si elles s’avèrent authentiques, se négocient à prix d’or…

Ford Mustang 1965 1966 intérieur luxury GT pony decor group
Le superbe intérieur "Luxury" était disponible en de nombreux coloris, comme ici en 1966.
Crédit photo :
Thierry Réaubourg
Voir les photos

Dès lors, avant même de s’assurer que la promise n’est pas rongée par la gangrène (lire notre chapitre fiabilité), mieux vaut commencer par vérifier qu’il ne s’agit pas d’un vulgaire puzzle de pièces « repro ». 

Pour cela, prenez le temps d’apprécier les subtilités des différents millésimes. Et surtout d’apprendre à décoder les indications figurant sur la data plate. Rivetée sur la tranche de la porte côté conducteur, cette petite plaque d’identification vous livrera les informations essentielles sur la voiture, telle qu’elle se présentait à sa sortie d’usine. Une première étape indispensable !

1964 Ford Mustang data plate plaque identification 5F
Le décodage de la data plate, rivetée sur la tranche de porte conducteur, vous livrera bien des secrets !
Crédit photo :
Thierry Réaubourg
Voir les photos
à lire aussi