Guide d’achat Peugeot 504 coupé et cabriolet

Publié le mar 27/08/2019 - 06:28 . Mis à jour le mar 17/12/2019 - 07:28. par Jean-Luc Moreau

Malgré 15 années de production, de 1969 à 1983, la gamme des coupés et cabriolets 504 est relativement simple. Elle s’articule autour de 3 types de design (communément appelés série 1, série 2 et série 3) et 3 motorisations. Les coupés ont été produits en plus grand nombre (26 476 exemplaires) que les cabriolets (8185 exemplaires) et sont, fort logiquement, moins recherchés par les collectionneurs. Voici tous les détails pour faire le bon choix.

Peugeot 504 coupé et cabriolet
Peugeot 504 cabriolet V6
Crédit photo :
Peugeot
Voir les photos

L’identification d’une 504 coupé et cabriolet se fait grâce à une frappe à froid située près de la fixation supérieure de l’amortisseur avant droit et/ou à l’aide des plaques fixées sous le capot sur la joue de l’aile avant droite. La première est la plaque constructeur. Elle permet, avec la mention du type, de connaître « la série », la motorisation et les années de production (voir tableau ci-dessous). La seconde est une référence propre à Pininfarina et comprend un code à 5 chiffres précédé d’une lettre qui correspond au numéro de caisse.

Peugeot 504 CC identification
Peugeot 504 CC identification
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Voir les photos
Tableau 504 CC

 

Historique Peugeot 504 coupé et cabriolet

Craquer pour une 504 coupé/cabriolet « série 1 »

Peugeot 504 coupé série 1
Peugeot 504 coupé série 1
Crédit photo :
Peugeot
Voir les photos

Lorsque le dessin original est magistral, la première génération est la plus belle car les évolutions ne peuvent que dénaturer le coup de crayon initial. Les 504 coupés et cabriolets ne dérogent pas à la règle. Le dessin de Pininfarina s’exprime ici dans toute sa pureté mais avec plus de caractère que sur les séries suivantes. C’est en particulier dû aux doubles optiques avant, à la calandre à 3 barrettes chromées, aux pare-chocs en inox et aux feux arrière « griffes » à 3 barrettes inclinées.

La série 1 n’est disponible qu’avec le moteur 4 cylindres. En version 1,8 l (de mars 1969 à septembre 1970) ou le 2 l (d’octobre 1970 à septembre 1974). Le 2 l peut être accouplé à une boîte automatique à 3 rapports qui fait perdre encore un peu de tonus à une voiture qui en manque déjà (seulement 292 cabriolets et 2163 coupés équipés de la boîte automatique).

Les premières versions 1,8 l sont les modèles les plus recherchés en 4 cylindres. C’est principalement vrai pour le cabriolet (seulement 1114 exemplaires en 1,8 l) qui est beaucoup plus prisé que le coupé. Il est aussi plus rare et désormais difficile à trouver en bon état à un tarif raisonnable (voir cote).

Peugeot 504 cabriolet 1,8 l 1969 : la bourgeoise dévergondée
Peugeot 504 cabriolet série 1
Ce cabriolet de 1969, premier exemplaire commercialisé en France, en état 3, a été Vendu 28 608 € par Artcurial en 2018
Crédit photo :
Artcurial
Voir les photos

Les grandes dates de la série 1

  • Mars 1969. Présentation au salon de Genève en coupé et cabriolet. Moteur 1787 cm³ injection développant 97 ch.
  • Octobre 1970. Le moteur 2 l remplace le 1,8 l. Boîte automatique (3 rapports) en option. Compte-tours sur le tableau de bord. Montre au milieu de la planche de bord. Frein à main entre les sièges avant (auparavant sous la planche de bord à gauche du volant). Platine de compteurs noire (métal brossé auparavant).
  • Octobre 1972. Boîte automatique uniquement disponible sur le coupé.
Peugeot 504 CC boite automatique
Les modèles avec boite automatique sont rares
Crédit photo :
Peugeot
Voir les photos

Craquer pour une 504 coupé/cabriolet « série 2 »

Peugeot 504 cabriolet V6
Peugeot 504 cabriolet V6
Crédit photo :
L'argus
Voir les photos

Commercialisée en octobre 1974, la série 2 cultive les paradoxes. Par exemple, ce qu’elle gagne en caractère côté mécanique avec l’introduction du moteur V6, elle le perd côté esthétique avec l’abandon des 4 phares avant et des feux arrière barrettes au profit d’optique plus classiques.

Autre paradoxe : à ses débuts, bien que le premier choc pétrolier ait considérablement renchéri l’essence, la série 2 ne propose que le nouveau moteur V6 à carburateur assez peu performant et plutôt gourmand (boîte 4 rapports). Cela explique la baisse importante de la production pendant les 3 années où seul le V6 est disponible.

Dans ce laps de temps, seuls 974 cabriolets V6 sont ainsi commercialisés. Cette rareté en fait désormais un collector recherché, surtout dans des couleurs exotiques comme le jaune tulipe.

Cote Peugeot 504 coupé et cabriolet
Peugeot 504 cabriolet V6
Ce cabriolet V6 jaune tulipe est aujourd'hui le modèle le plus rare
Crédit photo :
Peugeot
Voir les photos

Troisième paradoxe : lorsque le V6 reçoit un système d’injection Bosch k-Jetronic (144 ch.), en octobre 1977, il n’est disponible que sur le coupé. Parallèlement, Peugeot a en effet réintroduit le 4 cylindres 2 l qui a gagné quelques chevaux (106 ch.) mais pas la boîte 5 vitesses qui reste l’apanage du coupé V6 Ti. La boîte automatique disparaît aussi de l’offre V6 pour n’équiper, en option, que le coupé 2 l.

Au final, la série 2 la plus attractive est le cabriolet V6 pour sa rareté.

Hormis pour la direction assistée, disponible en série, le cabriolet 2 l série 2 à moins d’intérêt qu’un cabriolet série 1.

En ce qui concerne le coupé V6, mieux vaut privilégier une version injection, plus performante, plus fiable, plus sobre et dotée d’une boîte de vitesses mécanique à 5 rapports. En revanche, cette série est exclusivement équipée de jantes millimétriques, chaussées de pneus Michelin TRX 190/65 HR 390, aussi rares que chers (comptez 1400 euros pour un train de pneus !).

Comme pour le cabriolet, le coupé 2 l série 2 n’est qu’un second choix par rapport à un coupé série 1.

Peugeot 504 coupé V6 Ti
Le coupé V6 injection est à privilégier si on cherche un coupé série 2
Crédit photo :
Peugeot
Voir les photos

Les grandes dates de la série 2

  • Octobre 1974. Le moteur 6 cylindres en V (PRV) remplace le moteur 4 cylindres. Freins à disques ventilés à l’avant. Direction assistée. Nouveaux phares avant d’un seul bloc. Nouvelle calandre. Abandon des feux arrière obliques pour des feux rectangulaires. Poignées de portes encastrées. Le logo Pininfarina migre sur les ailes avant. Roues en tôle à 16 trous. Appui-têtes avant. Ceintures à enrouleur.
  • Décembre 1974. Le coupé est proposé avec une boîte automatique en option (GM à 3 rapports).
  • Octobre 1975. Nouveau réservoir en tôle derrière les sièges arrière.
  • Octobre 1977. Réintroduction du moteur 4 cylindres 2 l sur le coupé et le cabriolet. Direction assistée en série sur tous les modèles. Le V6 adopte une injection Bosch k-Jetronic. Le V6 est uniquement disponible sur le coupé. Il est exclusivement accouplé à une boîte mécanique à 5 rapports. Trappe à carburant rehaussée sur l’aile arrière gauche.

Craquer pour une 504 coupé/cabriolet « série 3 »

Peugeot 504 cabriolet série 3
Crédit photo :
Peugeot
Voir les photos

C’est un peu le chant du cygne des 504 coupé/cabriolet, certes avec l’arrivée de la boite 5 vitesses sur les moteurs 2 l mais avec un second restylage encore moins heureux que le premier. Cette fois les pare-chocs sont en polyuréthane (plastique), teintés de la couleur de la carrosserie sur les versions à peinture métallisée ou carrément noirs sur les autres. Cela ne séduit pas vraiment la clientèle. L’érosion des ventes est nette avec seulement 508 coupés et 273 cabriolets en 1980. Chiffre qui va même tomber à 78 coupés et 123 cabriolets en 1983 pour la dernière année de production de la voiture.

L’arrivée d’un peu de bois sur la planche de bord et d’un nouveau bloc d’instruments (5 compteurs) n’y fait rien. Évidemment, les derniers exemplaires avec ce nouveau tableau de bord plus sexy sont à privilégier. Les coupés V6 ainsi équipés ne sont qu’une petite centaine…

Des trois séries, c’est celle où la différence de production entre les coupés et les cabriolets est la plus faible, à l’avantage cette fois de la décapotable. C’est aussi la moins « collector » mais celle la plus utilisable au quotidien

Peugeot 504 coupé V6 série 3
Un des derniers coupés V6
Crédit photo :
L'argus
Voir les photos

Les grandes dates de la série 3

  • octobre 1979. Apparition des nouveaux pare-chocs en polyuréthane. La boîte à 5 vitesses arrive sur les coupés et cabriolet 4 cylindres. Le bloc compteurs est agrémenté de loupe d’orme.
  • Octobre 1981. Nouveau bloc compteurs à 5 cadrans.
  • Mai 1983. Arrêt de la production.
Les choix de l’Argus Classic
  • Le collector : cabriolet série 2, moteur V6
  • L’authentique : cabriolet série 1, moteur 4 cylindres 1,8 l
  • Le bon plan : coupé série 2, V6 injection BVM5
  • Celle pour rouler tous les jours : coupé série 3, moteur 4 cylindres 2 l BVM5
Fiabilité Peugeot 504 coupé et cabriolet
à lire aussi