Volvo P1800 Fiabilité

Publié le mar 20/08/2019 - 09:32 . Mis à jour le lun 23/09/2019 - 15:18. par Jean-Luc Moreau

La Volvo P 1800 est sans doute l’un des modèles de collection les plus fiables au monde. Mais attention, fiable ne veut pas dire indestructible et de nombreux exemplaires ont subi les outrages du temps, souvent par manque d’entretien. Voici donc les points à surveiller

Irv Gordon
Irv Gordon, aujourd'hui décédé, a largement contribué à la réputation de fiabilité de la P1800 en parcourant plus de 5 millions de km au volant de son modèle 1966
Voir les photos

Si un seul exemplaire devait servir à démontrer la fiabilité de la Volvo P1800, c’est bien celui d’Irv Gordon qui a survécu à son propriétaire, décédé en novembre 2018. Achetée neuve par cet Américain (alors âgé de 22 ans) en 1966, cette 1800 S a depuis eu les honneurs du Guinness book des records en parcourant exactement 3 260 257 Miles (soit 5 246 875 km) !

Volvo P1800 Irv Gordon compteur

 

Comme l’expliquait Irv Gordon : « je n’avais jamais eu pour objectif d’atteindre des millions de Miles. J’aimais simplement conduire et découvrir l’Amérique au volant de ma Volvo ».

Le plus étonnant c’est sans doute que sa voiture est toujours dans sa configuration d’origine. La carrosserie est « dans son jus ». Seul le moteur a été changé à plus de… 4 millions de km ! Le secret ? Irv Gordon le livrait sans mystère : « une vidange tous les 3000 Miles (4828 km) et des passages réguliers en concession ».

C’est aujourd’hui sa fille qui a repris le flambeau. La P1800 serait-elle éternelle ?

Volvo P1800 : l'histoire de la plus British des suédoises

 

Carrosserie

C’est sans doute le point le plus délicat car la P1800 n’est pas imputrescible. Comme toutes les anciennes, elle rouille, principalement les exemplaires construits chez Jensen dont l’apprêt était de mauvaise qualité. La carrosserie avec ses formes rondes et ses arêtes est également très difficile à réparer. Refaire une aile arrière est un travail d’artiste, ce qui signifie un travail très cher. Il est donc primordial d’accorder la plus grande importance à l’état de la carrosserie pour tout achat.

Volvo P1800 carrosserie
La partie arrière du coupé est particulièrement difficile à réparer en tôlerie avec ses courbes et ses arêtes
Voir les photos

Les zones sujettes à la rouille sont : la partie derrière la calandre, les ailes avant au niveau des phares et des clignotants, les passages de roue avant, les parties intérieures des ailes avant (derrière le passage de roue), les parties inférieures des ailes arrière derrière la roue arrière, la zone de remplissage de carburant, la traverse qui supporte le radiateur (composée de 4 parties), le support de batterie, les bas de caisse (en 3 parties), les pieds de portes, les encadrements de pare-brise et de lunette arrière (si les joints sont endommagés), les bas de portes (si les orifices d’évacuation de l’eau sont obstrués et les joints de vitres abîmés), les emplacements des feux arrière, le plancher du coffre et enfin les planchers intérieurs.

Volvo P1800 corrosion
Sur la Volvo P 1800, la corrosion peut être insidieuse en se nichant, par exemple, dans le caisson inférieur de l’aile avant ou, comme ici, derrière les bas de caisse
Voir les photos

Les charnières de capot sont fragiles car elles sont fixées sur une partie censée se déformer en cas de choc. Les pare-chocs chromés sont également très sensibles à la rouille et aux chocs. Ils sont très chers à remplacer et le chromage est une opération à environ 500 euros.

Essai Volvo 1800 S (S) 1969 : dans le saint du Saint

Moteur

Les moteurs de la série Volvo 1800 sont très fiables ce qui n’exclut pas l’usure. Il faut avoir présent à l’esprit qu’un B18 ou un B20 en bon état est assez « rugueux » dans son fonctionnement. Si ce n’est pas le cas, cela peut traduire une usure prononcée. C’est facile à vérifier sur route. À environ 60 km/h relâchez la pédale des gaz puis accélérez franchement. Si une fumée noire ou bleu apparaît, c’est qu’il est temps de refaire le moteur.

Volvo P1800 moteur
Le moteur B 18 (ou B 20), un 4 cylindres à 5 paliers, est presque indestructible.
Voir les photos

La distribution fait appel à une cascade de pignons dont le plus gros utilise des matériaux composites. Il peut être nécessaire de le remplacer après plusieurs centaines de milliers de km (!). Le remplacement par un pignon en acier assure une longévité sans limite au prix d’un bruit de fonctionnement assez peu agréable.

Volvo P1800 moteur
La distribution (à gauche sur la photo) se fait par une cascade de pignons. Le gros pignon visible ici est en matériaux composites.
Voir les photos

Les carburateurs, qu’il s’agisse des SU ou des Stromberg ne posent pas de problème particulier, d’autant qu’il est facile de trouver des pièces pour les reconditionner. En revanche, l’injection D-Jetronic des B20E et B20F souffre de maux plus ou moins graves. Pour commencer, son réglage est délicat et nécessite l’intervention d’un spécialiste. Le faisceau de câbles, le capteur de pression atmosphérique, le contrôleur de pression de carburant ou l’électronique de contrôle peuvent aussi générer des pannes ou des dysfonctionnements. Certaines de ces pièces sont difficiles à obtenir ou à réparer. Dans les deux cas, la facture est toujours salée. Cela explique pourquoi de nombreux propriétaires font démonter l’injection pour repasser à une alimentation par des carburateurs (il existe un kit spécifique pour cela).

Volvo P1800 moteur B20 E
Le moteur B 20 E n’est pas moins fiable mais l’injection est plus délicate à régler
Voir les photos

Boîte de vitesses

Comme le moteur, les 3 types de transmissions mécaniques montées sur la Volvo P1800 sont fiables. Elles sont en revanche presque toutes sujettes à de petites fuites d’huile. Il faut être plus attentif à la transmission automatique BW35 qui souffre souvent d’un défaut de vidanges. On peut s’en rendre compte en examinant la couleur de l’huile. Rouge clair : tout va bien. Rouge foncé ou noir : la boîte à toutes les chances d’être endommagée.

L’overdrive réclame aussi un peu d’attention. Le plus fréquent est une panne de relais ou de solénoïde mais le système est également sujet à l’usure. Refaire un overdrive est très complexe et son remplacement coûte aux alentours de 1000 euros.

Volvo P1800 boite et overdrive
À gauche la boîte de vitesses, à droite l’overdrive
Voir les photos

Les embrayages se caractérisent par leur extrême longévité. Leur remplacement nécessite environ 4 heures de travail.

Compte tenu du fort kilométrage que l’on note sur beaucoup de P1800, le pont arrière a tendance à se montrer bruyant. S’il « chante » ou « grogne » c’est qu’il nécessite une réfection. Comptez 800 euros.

Volvo P1800 pont
Le pont est très solide mais il peut devenir bruyant après quelques centaines de milliers de km !
Voir les photos

Suspension et freins

Là aussi, la P1800 se distingue par l’extrême résistance des éléments de suspension. Il faut simplement contrôler l’usure (normale) des silentblocs et des rotules. Le boîtier de direction est plus « capricieux ». Avec le temps il a tendance à prendre du jeu. On perd alors en précision de conduite, ce qui n’est déjà pas le fort de la voiture. À l’inverse, un boîtier de direction trop serré rend la direction très dure et peut provoquer une usure prématurée. C’est une pièce chère.

Volvo P1800 train avant
Voir les photos

Le système de freinage, qu’il s’agisse de celui à circuit unique ou de celui à double circuit (à partir de 1968) ne pose pas de problème particulier. Le remplacement des tambours arrière (modèle avant 1970) est simplement délicat si l’on n’a pas l’outil approprié.

Intérieur

Après la carrosserie, c’est le 2e point délicat de la P1800. Le soleil (UV) et le vieillissement provoquent des fissures et des déchirures dans les rembourrages du tableau de bord (dessus de la planche de bord et bandeau inférieur). Le démontage étant difficile et les éléments de garniture onéreux, il vaut mieux privilégier un exemplaire en bon état. Attention également aux habillages bon marché en plastiques dur qui sont des « cache-misère ».

L’humidité peut aussi provoquer la dégradation du support en carton des panneaux d’habillage. Avec le temps, la garniture en cuir des sièges peut présenter des craquelures et/ou une décoloration.

Volvo P1800 électricité
L’équipement électrique, pourtant d’origine britannique, est d’une qualité très nettement supérieure aux productions anglaises de l’époque
Voir les photos

Si le câblage électrique n’occasionne aucun problème (à l’inverse des voitures anglaises !), la superbe instrumentation Smith (à fond bleu) des modèles à carburateurs est fragile et dispendieuse à remplacer. Une jauge en panne peut être une plaisanterie à 500 euros…

L’habillage de la planche de bord en aluminium des modèles à carburateur est aussi une pièce introuvable. Gare aux rayures !

Enfin, le volant de sécurité à 3 branches, en plus d’être très moche, vieillit très mal. Il présente souvent des fissures sur la partie postérieure (donc invisibles).

Volvo P1800 compteurs
Les compteurs et jauges des modèles à carburateurs ne sont pas simplement beaux, ils sont aussi extrêmement rares et particulièrement onéreux à remplacer
Voir les photos

Pièces détachées

La plupart des pièces pour la Volvo P1800 sont disponibles. Il n’y a aucune difficulté pour presque tout ce qui est mécanique. On en trouve même certaines dans le réseau Volvo. Les refabrications sont aussi de bonne qualité (parfois même meilleure que les pièces d’origine !). Attention cependant, quelques éléments d’accastillage sont absolument introuvables : baguettes d’ailes arrière, baguette latérale en forme de crosse de hockey, habillage en aluminium du tableau de bord, poignées de lève vitres, rétroviseur intérieur (sur la planche de bord). On peut en dénicher sur eBay mais, vu leur rareté, les enchères peuvent atteindre des sommes disproportionnées par rapport à l’élément (exemple : 220 euros pour un rétroviseur intérieur !). Côté mécanique, le servofrein double circuit des modèles E et ES est, lui aussi, introuvable en neuf et rare en occasion

Volvo P1800 baguette latérale
Voir les photos
Cote Volvo P1800
à lire aussi