VW-Porsche 914 Guide d’achat

Publié le lun 15/07/2019 - 13:38 . Mis à jour le mar 24/09/2019 - 08:35. par Jean-Luc Moreau

Dénigrée aussi bien par la clientèle Volkswagen que par les Porschistes, la 914 a souffert de ce désamour en occasion pendant de nombreuses années. Aujourd’hui, les choses ont changé avec un net regain d’intérêt, encore amplifié par son 50e anniversaire en 2019. Mais cette traversée du désert se paye au prix fort avec une raréfaction importante de l’offre, surtout pour les exemplaires en bon état.

Porsche 914-6
Porsche 914-6
Crédit photo :
Porsche AG
Voir les photos

Si l’on prend les chiffres de production bruts, la VW-Porsche 914 peut faire figure de succès commercial avec 118 982 exemplaires produits, dont 3351 914/6 à moteur Porsche 6 cylindres. C’est beaucoup pour une voiture de sport mais il resterait moins du tiers des modèles vendus sur le marché US et une proportion encore plus faible de ces chiffres en Europe. Le tuning, les préparations « course » ont aussi fait des ravages dans les rangs de la 914, sans parler des restaurations hasardeuses, faites par manque de moyens à cause de ses prix, restés très bas en occasion pendant longtemps.

Porsche 914 tuning
Le tuning a fait des ravages dans la population des 914. Ici un 3D Tuning par Jdimensions27
Crédit photo :
Jdimensions27
Voir les photos

Identification des VW-Porsche 914

Le numéro de châssis est frappé dans le coffre avant sur l’aile côté passager.

Sur les 6 cylindres, il commence par 914. Le 4e chiffre correspond à l’année de production : 0 pour 1969, 1 pour 1970 et 2 pour 1971, la production s’étant arrêté cette année-là. 43 correspond au lieu d’assemblage, en l’occurrence l’usine Porsche. Les 4 derniers sont le numéro de série de fabrication. Il commence à 0001.

Sur les 4 cylindres, le numéro commence par 47, le 3e chiffre (de 0 à 6) correspond, comme pour le 6 cylindres, à l’année de production. 0 pour 1969, etc. 29 correspond au lieu d’assemblage. Ici l’usine Karmann. Les 5 derniers chiffres sont le numéro de série de fabrication. Il commence à 0001.

VW-Porsche 914 Historique
Porsche 914
Voir les photos

Craquer pour une VW-Porsche 914/4, 1,7 l

C’est la version la plus courante, produite de 1969 à 1972 à 65 351 exemplaires. C’est une voiture légère (900 kg) mais aussi dépouillée. Elle utilise le moteur 4 cylindres de la Volkswagen 411 E (injection électronique Bosch D-Jetronic) dont la puissance et le couple ont été augmentés (80 ch. à 4900 tr/mn, 13,6 mkg à 2700 tr/mn). Si avec son taux de compression modeste (8,2:1) il peut s’accommoder de carburant à faible indice d’octane, il ne procure pas le grand le grand frisson, c’est le moins que l’on puisse dire. Ses performances sont quelconques puisqu’une Opel GT 1900, beaucoup moins chère à l’époque est plus vive (0 à 100 km/h : 11,5 s vs 13 s) et plus véloce (185 km/h vs 170 km/h). Et que dire de sa sonorité qui évoque plus un Combi qu’une voiture de sport ? Remarquez, il y a encore pire. Les derniers 1,7 l commercialisés aux USA en 1973 (code moteur EB) ont un taux de compression abaissé à 7,3 :1 et une puissance qui chute à 72 chevaux. À négocier en conséquence car on peut remettre le moteur en configuration « 80 ch » en changeant les pistons.

Porsche 914
Crédit photo :
Porsche AG
Voir les photos
Les versions 4 cylindres ont en général été mal entretenues, gare aux « pièges » maquillés !

Ce 4 cylindres, refroidi par air, à arbre à came central et culasses en alliage léger est secondé par une boîte 5 vitesses dont la tringlerie est interminable. Son réglage doit être soigné. En général, les bagues en nylon qui guident la tringlerie sont usées. Leur remplacement règle la plupart du temps ce problème. Il faut faire également attention à la première, située en bas à gauche sur la grille (gare au passage de la marche arrière au démarrage !).

L’intérieur ramène aussi au minimalisme Volkswagen, même si les 3 compteurs avec le compte-tours central rappellent la Porsche 911. Sur les modèles antérieurs à 1972, le siège passager n’est pas réglable et si certains marchés homologuent la voiture comme une 3 places, il est préférable de ne pas installer de passager au centre.

Porsche 914
Crédit photo :
Darin Schnabel ©2017 Courtesy of RM Sotheby's
Voir les photos

Plus communes, délaissées en occasion, les 1,7 l ont, en général, été mal entretenues. Il faut donc être particulièrement vigilant lors de l’achat. La mécanique est facile à changer et peu onéreuse. En revanche, un exemplaire présentant de la corrosion doit être systématiquement éliminé. La restauration d’une caisse peut coûter le double du prix de l’auto !

Craquer pour une VW-Porsche 914/4 1,8 l

Le 4 cylindres 1,8 l remplace le 1,7 l à partir de 1974. L’augmentation de la cylindrée est destinée à compenser la baisse de puissance engendrée par les normes antipollution dans certains pays. D’ailleurs, en fonction du marché, le système d’alimentation est différent. En Europe, la voiture est dotée de deux carburateurs Solex et développe 85 ch. à 5000 tr/mn pour 13 mkg de couple à 3400 tr/mn. Les versions américaines sont équipées d’une injection Bosch L-Jetronic et d’un catalyseur. Elle se contente alors de 76 ch. (SAE) puis 72,5 ch (SAE) en 1975. Le reste de l’auto bénéficie des améliorations de la version 2 l, en particulier au niveau de la commande de boîte et des suspensions. Malgré une production de 17 773 exemplaires, les 914/4 1,8 l sont rares en Europe et quasiment introuvables en version à carburateur (elle n’a par exemple pas été commercialisée en France).

Porsche 914
Crédit photo :
Darin Schnabel ©2017 Courtesy of RM Sotheby's
Voir les photos
Pas si mal aimée que ça
  • Cette Porsche 914 de 1975, en version 4 cylindres 1,8 l, donc a priori moins prisée des collectionneurs, a tout de même été adjugée 93 500 dollars lors de la vente RM/Sotheby’s de Monterey en août 2017. Il faut dire que cet exemplaire de couleur « Summer Yellow », en remarquable état d’origine, affichait seulement 3192 miles.
Porsche 914
Crédit photo :
Darin Schnabel ©2017 Courtesy of RM Sotheby's
Voir les photos
La version 2 litres est le meilleur compromis performances/fiabilité

Craquer pour une VW-Porsche 914/4, 2 l

Le 2 l, extrapolé du 1,7 l et profondément revu par les ingénieurs de Porsche est le choix le plus judicieux lorsqu’on veut acquérir une 914. Avec ses 100 ch. à 4900 tr/mn et son couple de 16 mkg à 3500 tr/mn, il offre un agrément presque équivalent au 6 cylindres (80 à 140 km/h en 13 s). Il se montre également plus économique à entretenir (hormis en ce qui concerne les culasses, 100 % Porsche).

Porsche 914
Crédit photo :
Theodore W. Pieper ©2018 Courtesy of RM Sotheby's
Voir les photos

Ce moteur plus généreux est aussi accompagné d’améliorations sensibles. La tringlerie de la boite de vitesse a été raccourcie, ce qui facilite le passage des rapports. La sonorité de l’échappement est bien plus flatteuse que celle du 1,7 l. De nouveaux supports moteur et une plaque d’insonorisant sur la paroi arrière diminuent le bruit dans l’habitacle. Grâce à un nouveau matériau isolant, le coffre arrière est mieux protégé de la chaleur. Les suspensions adoptent aussi un nouveau réglage qui assure un meilleur confort. Un équipement sport est enfin disponible. Il comprend des jantes en alliage léger forgé, des barres stabilisatrices à l’avant et à l’arrière et des phares halogènes.

Essai VW-Porsche 914/4, 2 litres, 1974 : la Porsche du peuple
Porsche 914
Le bleu olympique de cette 914 2,0 l de 1974 et sa restauration totale n'ont pas tiré son prix à la hausse : 67 200 dollars lors de la vente RM/Sotheby’s de Monterey d'août 2019
Crédit photo :
Courtesy of RM Sotheby's

Parmi les quelque 32 522 versions 2 l produites, ce sont ces dernières qui sont les plus désirables car elles combinent agrément moteur, bonnes performances et une tenue de route de tout premier plan.

Porsche 914
Les dernières 2 l sont les plus désirables, du moins en matière de conduite, car les puristes leur préfèrent les modèles avec les pare-chocs chromés
Crédit photo :
Courtesy of RM Sotheby's
Attention
  • De nombreuses autos sont vendues comme des 2,0 alors que ce sont des 1,7 ou des 1,8 ! Les vendeurs le font parfois par ignorance, mais aussi par intérêt financier. Les voitures sont bricolées pour faire croire que ce sont des 2.0. Il y a plusieurs moyens de le vérifier. Le plus simple est de se renseigner AVANT l'achat sur le forum du club 914. Il est en accès libre et gratuit.

Craquer pour une Porsche 914/6

C’est évidemment le modèle le plus prestigieux de la lignée des 914 si l’on excepte les prototypes et les versions de compétition. Avec son moteur 6 cylindres à plat, hérité de la 911 T, la 914 n’est pas loin de sa grande sœur en matière de performances car elle est beaucoup plus légère (940 kg). Elle la domine même clairement en matière de comportement, d’autant que cette version 6 cylindres est équipée d’origine de barres antiroulis avant et arrière. Ce qu’elle gagne en caractère, elle le perd en revanche en agrément. Le couple haut perché du moteur (16 mkg à 4200 tr/mn) a nécessité l’adoption d’une démultiplication plus courte. Résultat : sur autoroute, le bruit du moteur est bien trop présent. L’adoption de ressorts de suspension plus durs (à cause du poids supérieur) dégrade un peu le confort. La commande de boîte réclame aussi une certaine habitude car elle manque de précision. C’est devenu un collector recherché car rarissime. La 914/6 n’a été fabriquée qu’à 3351 exemplaires.

Porsche 914
Crédit photo :
Tom Gidden ©2019 Courtesy of RM Sotheby's
Voir les photos
Éminemment désirable
  • Les versions 6 cylindres de la Porsche 914 sont très recherchées. Malgré cela, celle-ci, dans une rare couleur bleue métallique, parfaitement restaurée et dotée de jantes Fuchs 15 pouces et d’un intérieur en simili cuir noir n'a été adjugée lors d'une vente RM/Sotheby’s en septembre 2019
Porsche 914
Crédit photo :
Tom Gidden ©2019 Courtesy of RM Sotheby's
Voir les photos

Craquer pour une Porsche 914/6 GT

Si la 914 6 cylindres est rare, la version GT l’est plus encore. Une trentaine de voitures seulement a été construite par l’usine pour son propre compte ou celui des écuries privées. Il s’agit d’un modèle destiné à la compétition qui se reconnaît à ses ailes élargies et son moteur poussé à 220 ch. Cependant, certaines 914/6 « standard » ont été équipées de l’option M471, c’est-à-dire du kit carrosserie «widebody » sans aucune modification mécanique. C’est un équipement d’origine Porsche mais il ne valorise pas l’auto comme une vraie 914 GT. Notons également qu’aucune 4 cylindres n’a jamais été équipée d’ailes élargies d’origine.

Porsche 914 : la cote Argus Classic
Porsche 914
Les Porsche 914/6 GT sont extrêmement rares. Cela explique le prix très élevé de ce modèle de 1970, vendu 241 250 euros par RM/Sotheby’s à Paris en 2018
Crédit photo :
Peter Singhof ©2017 Courtesy of RM Sotheby's Les Porsche 914/6 GT sont extrêmement rares. Cela explique le prix très élevé de ce modèle de 1970, vendu 241 250 euros par RM/Sotheby’s à Paris en 2018

Les VW-Porsche 914 provenant des USA

Comme 80 % de la production a été vendue aux USA, de nombreux modèles sont désormais importés en Europe. Ils représentent aujourd’hui le gros des annonces, même chez nous. En fait, les différences sont peu nombreuses avec les modèles du vieux continent. On les reconnaît aux feux de position ronds sur les ailes avant, à l’absence du logo VW sur la face arrière, aux clignotants avant entièrement orange et aux clignotants arrière rouge. Elles ont aussi une plaque avec le numéro de série derrière le pare-brise, côté conducteur.

VW-Porsche 914 fiabilité
Porsche 914
Crédit photo :
Nathan Leach-Proffer ©2018 Courtesy of RM Sotheby's
Voir les photos

Les spécifications moteur sont parfois légèrement différentes. Nous avons évoqué précédemment le cas du 1,7 l (EB) de 1973, dégonflé à 72 ch. Les moteurs 2 l affichent également 5 ch. de moins que leurs homologues européens, ce qui n’a pas d’incidence. L’arrivée d’un catalyseur bride enfin les moteurs les deux dernières années de commercialisation aux USA (1975, 1976). Le 2 l ne délivre plus que 84 ch. et le 1, 8 l, 72,5 ch. Il est très onéreux de les remettre en configuration « Europe ». Les pare-chocs américains sont agrémentés de butoirs en caoutchouc à partir de 1974 et, même si toute la production adopte de gros pare-chocs de sécurité à partir de 1975, ceux des versions US sont renforcées et bien plus lourds.

Le choix de l’argus
  • VW-Porsche 914/4, 2 l option sport
    A noter également le très intéressant modèle 914 2,0 de 1973 version US. 95 CV. C’est la seule année où les voitures ont été livrées « toutes options » : pare-chocs chromés, jantes alu, barres anti-roulis...
à lire aussi