Comment est né le code couleur des voitures de course ?

Publié le mar 24/09/2019 - 05:54 . Mis à jour le mar 24/09/2019 - 16:54. par Jean-Luc Moreau

D’où vient le bleu de France ? Le British Racing Green ou le Rosso Corsa des voitures de sport ? À l’origine, ils devaient permettre d’identifier la nationalité des voitures de course.

Formule 1 collection Schlumpf
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Voir les photos

L’origine des couleurs nationales pour les voitures de course est bien établie : il s’agit de la coupe Gordon Bennett. Au début du XXe siècle, elle est organisée par les automobiles clubs de France, de Grande-Bretagne et d’Allemagne à l’initiative du milliardaire américain James Gordon Bennett junior, propriétaire du quotidien New York Herald.

Le règlement stipule que chaque pays peut engager 3 voitures de conception nationale. Le pays vainqueur organise l’édition de l’année suivante. Pour distinguer la nationalité des véhicules participants, le comte Eliot Zborowski, lui-même pilote, suggère de les peindre de couleurs différentes, parfaitement identifiables.

coupe Gordon Bennett 1903
Les différentes couleurs identifient les voitures des nations participant à la coupe Gordon Bennett
Crédit photo :
© Daimler AG
Voir les photos

La France, qui organise les premières éditions de la coupe, dès 1900, choisit le bleu de France. C’est le symbole de la liberté du drapeau français mais aussi la couleur des rois de France.

L’Allemagne prend le blanc en référence au blason blanc et noir de la maison Hohenzollern qui règne à l’époque sur l’Allemagne, la Prusse et la Roumanie

L’Italie adopte le rouge, héritage des chemises rouges de Garibaldi, des troupes volontaires qui permirent la libération et l’unification du pays.

Formule 1 collection Schlumpf
Le bleu de France pour les voitures françaises
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Voir les photos
Mercedes Simplex 1903
Le blanc pour les voitures allemandes
Crédit photo :
© Daimler AG
Voir les photos
Formule 1 collection Schlumpf
Le rouge pour les voitures italiennes
Crédit photo :
©C.HUNSICKER/ACE Team
Voir les photos
Le fameux British Racing Green n’a rien de britannique !

Pour la Grande-Bretagne, l’affaire est plus compliquée. Le bleu, le blanc et le rouge l’Union Jack sont déjà attribués. De plus, le pays qui doit organiser la coupe Gordon Bennett en 1903 ne peut le faire à cause du Motor Car Act limitant la vitesse à 14 mph (22 km/h) sur les routes du royaume. La compétition s’exporte donc chez le voisin irlandais dont la couleur nationale est le vert ! C’est celle qui fut utilisée par le mouvement catholique de libération de l’île mais aussi la couleur du trèfle, symbole national irlandais. Beaux joueurs, les Britanniques peignent donc leurs voitures de course en vert. Le fameux British Racing Green est plutôt un Irish Racing Green !

Riley Sprite 12-4 Special 1936
Le vert pour les voitures britanniques
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Voir les photos

Les choses sont plus simples pour la Belgique qui opte pour le jaune de son drapeau, symbolisant la sagesse.

Bien après la 2e guerre mondiale, le Japon adopte le blanc marqué un disque rouge, directement inspiré du drapeau national.

Les autres pays sont souvent représentés par des combinaisons de couleurs comme le blanc avec des rayures longitudinales bleues (ou l’inverse) pour les États-Unis.

Honda RA273 1966
Le Japon reprend les couleurs de son drapeau
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Voir les photos

Le mystère du « British Racing Red »

Si arborer les couleurs de son pays est une fierté pour de nombreuses marques automobiles engagées en compétition, il existe un cas de figure où le patriotisme fait place à un choix disons… plus stratégique !

En Italie, de nombreuses courses comme la Targa Florio (disputée en Sicile) et surtout les Mille Miglia se déroulent sur route et non sur circuit. Les Mille Miglia vont ainsi de Brescia à Rome et retour (1618 km) sur des routes fermées, certes, mais où la population italienne est très présente. Or, les spectateurs sont plus enclins à s’écarter rapidement lorsqu’ils voient poindre un bolide rouge. Pire, ils aident parfois ces voitures rouges à prendre des raccourcis ou ils favorisent leur ravitaillement en essence ou leur dépannage en cas de pépin. C’est en partie pour cette raison que les voitures italiennes règnent sans partage dans leur pays. Les écuries étrangères le remarquent évidemment et peignent, elles aussi, leurs voitures en rouge pour les courses transalpines… La Mercedes victorieuse de la Targa Florio en 1924 est « Rosso Corsa » et, par la suite, de nombreuses marques anglaises vont adopter le British Racing Red.

Mercdes Targa Florio 1924
La Mercedes victorieuse de la Targa Florio en 1924 est peinte en rouge...
Crédit photo :
© Daimler AG
Voir les photos
à lire aussi