Jaguar Type E historique

Publié le jeu 18/07/2019 - 06:12 . Mis à jour le mer 25/09/2019 - 09:30. par Jean-Luc Moreau

« C’est la plus belle voiture du monde ! » s’exclama Enzo Ferrari en découvrant le coupé Type E. Mais cette Jaguar n’est pas simplement belle, c’est devenu un mythe automobile

Jaguar E-Type Series 1 Coupé 3,8 litres de 1961
Un des 20 premiers coupés construits. Il se distingue par ses verrous de capot extérieurs, des persiennes de capot soudées et un plancher plat. Vendu 720 000 dollars par RM/Sotheby’s en 2018.
Crédit photo :
David Bush ©2018 Courtesy of RM Sotheby's
Voir les photos

Comment ne pas être subjugué par sa ligne ? Par ses courbes presque érotiques ? Salvador Dali dira d’ailleurs d’elle : « elle est belle comme une femme ». Ce n’est pourtant pas le beau sexe qui a inspiré ce félin de Coventry mais une discipline très masculine : le sport automobile. La Type E est en effet la digne descendante de la Type D, trois fois victorieuse aux 24 heures du Mans.

Ce 6 cylindres en ligne a remporté 5 fois les 24 heures du Mans !

XXIème siècle on a du mal à imaginer qu’une voiture de série puisse reprendre, presque telles quelles, des solutions développées pour la compétition. Pourtant, la Type E possède une architecture proche de la Type D, à savoir : une caisse arrière monocoque sur laquelle vient se greffer, à l’avant, un châssis tubulaire qui supporte les trains roulants, le moteur et la boîte de vitesses. Cette superstructure est habillée d’un long capot basculant vers l’avant qui donne toute sa personnalité à la voiture.

Comparatif Jaguar Type D et Type E
Les similitudes esthétiques et techniques sont évidentes entre la Type D de course (à gauche) et la nouvelle Type E (à droite)
Crédit photo :
Courtesy of RM Sotheby's
Voir les photos

Le moteur XK, âme de la Jaguar Type E

La mécanique, elle aussi, ne manque pas de caractère. Il s’agit du fameux moteur XK, apparu sur la XK 120 en 1948. Entre-temps, une version (certes profondément modifiée) de ce 6 cylindres en ligne à bloc en fonte, culasse en aluminium et double arbre à cames en tête a remporté 5 fois les 24 heures du Mans !

Moteur Jaguar XK 120
Le moteur de la Type E est une évolution du 6 cylindres XK, apparu le capot de la Jaguar XK 120 en 1948
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Voir les photos

Il a évolué et affiche, dans sa version « S », en ce début des années 60 une cylindrée de 3,8 l pour une puissance de 265 ch. C’est conséquent pour l’époque. Mais, plus encore que son ramage, son plumage fait de la Type E un modèle à part. Le long capot, les carénages de phares, l’absence d’arêtes vives, la ligne basse, le pare-brise panoramique très incliné font penser à un avion. Normal, Malcolm Sayer qui a « dessiné » l’auto était ingénieur aéronautique pendant la seconde guerre mondiale. Mais le plus surprenant c’est que cet aérodynamicien n’a pas spécialement cherché à faire une belle voiture. Son unique but était l’efficacité…

Jaguar Type E coupé série 1
La Jaguar type E puise une grande partie de son originalité dans la technique aéronautique
Crédit photo :
Jaguar
Voir les photos

110 km/h de moyenne entre Coventry et Genève !

La Type E déchaîne les passions lors de sa présentation la veille du salon de Genève 1961. L’engouement est tel que Jaguar craint une émeute sur le stand et réclame d’urgence un 2e modèle d’exposition à l’usine. Norman Dewis, pilote d’essai Jaguar, prend alors le volant d’un cabriolet et parcourt, en une nuit, la route entre Coventry et Genève, soit 1100 km à une vitesse moyenne de 110 km/h… sans autoroute et sans tunnel sous la Manche ! À ce record (impossible à battre aujourd’hui) on mesure déjà le potentiel extraordinaire de la voiture.

Jaguar type E lancement Genève
La Jaguar Type E subjugue les foules lors de sa présentation au salon de Genève 1961. Même Enzo Ferrari et sous le charme
Crédit photo :
Jaguar
Voir les photos
Coventry – Genève en Jaguar Type E : l’histoire d’une course folle

Les stars du monde entier s’arrachent la Jaguar Type E

La ligne et les performnaces de la Type E font chavirer le cœur d’une clientèle aussi nombreuse que variée. En 1962, Jaguar vend 6300 Type E ! Inimaginable, même aujourd’hui, pour ce qui est à l’époque une Supercar. Les célébrités se battent pour être parmi les premiers propriétaires. Steve McQueen, Frank Sinatra, Peter Sellers, Tony Curtis, George Harrison, Johnny Hallyday, Françoise Sagan ou Brigitte Bardot sont du lot. Son mari de l’époque, Jacques Charrier, est d’ailleurs choisi par Sir William Lyons, le patron de Jaguar, pour incarner l’esprit jeune, vigoureux et chic de la nouvelle Type E.

Jaguar Type E cabriolet Johnny Hallyday
Johnny Hallyday est un des premiers clients français de la Jaguar Type E. Son cabriolet (comme beaucoup de ses voitures) finira accidenté…
Crédit photo :
Tony Frank
Voir les photos

La Jaguar Type E est moitié moins chère qu’une Corvette

L’auto est disponible en deux variantes : cabriolet ou coupé. C’est ce dernier qui a la palme de l’originalité avec son toit en pente douce et son coffre qui s’ouvre verticalement avec des charnières du côté gauche. Les deux sont proposés à des prix voisins, incroyablement abordables compte tenu du pedigree de la voiture. Le cabriolet est vendu 2097 £ TTC et le coupé 2196 £, soit moitié moins qu’une Aston-Martin DB4 ou qu’une Chevrolet Corvette ! Mais les clients doivent s’armer de patience pour prendre livraison. Jaguar qui « étrangle » ses fournisseurs pour arriver à un prix aussi bas a quelques soucis de production.

Jaguar Type E coupé
Le coupé a la palme de l'originalité
Crédit photo :
Jaguar
Voir les photos
Jaguar Type E cabriolet
La type E est le cabriolet de série le rapide du monde
Crédit photo :
Jaguar
Voir les photos
à lire aussi