Mercedes-Benz C111 : une ode au moteur Wankel

Publié le mar 17/09/2019 - 09:44 . Mis à jour le ven 27/09/2019 - 15:38. par Jean-Luc Moreau

Au salon international de Francfort 1969, Mercedes-Benz présente une voiture de sport futuriste. La C111 émerveille le public par sa carrosserie spectaculaire mais aussi par sa motorisation originale. Ce coupé sport à portes « papillon » est en effet propulsé par un moteur à pistons rotatifs, disposé en position centrale.

Mercedes-Benz C111
Crédit photo :
Mercedes-Benz AG
Voir les photos

Le moteur à piston rotatif, mis au point par l’allemand Félix Wankel aurait pu révolutionner le monde de l’automobile. Du moins le croyait-t-on à la fin des années 60. En effet, ce moteur qui n’utilise pas le principe du mouvement alternatif avec un système bielle manivelle est, dans son principe beaucoup plus simple. Ici, un piston triangulaire tourne dans un stator de forme trochoïde dont les volumes fluctuent selon la position angulaire du piston. Lors de sa rotation il effectue ainsi les 4 temps du cycle Beau de Rochas.

Mercedes-Benz C111 moteur Wankel
Production des moteurs Mercedes-Benz Wankel dans l'atelier d'essai des moteurs à l’usine Untertürkheim. On voit différentes versions sur l’établi, à trois ou quatre rotors
Crédit photo :
Mercedes-Benz AG

Comme il ne comporte pas de bielles, pas de soupapes, pas de vilebrequin, il limite les risques de pannes. Son fonctionnement engendre également moins de vibrations, moins de bruit et permet une véritable douceur de fonctionnement en éliminant les chocs existants sur un moteur classique. Il est peu encombrant et peut tourner très rapidement, ce qui autorise des puissances volumiques spectaculaires. Certes, il a aussi des inconvénients comme l’étanchéité au niveau des segments d’arrêt (sommets du rotor) et une consommation d’huile et d’essence plus importante qu’un moteur classique. Mais, à la fin des années 60, beaucoup de constructeurs y croient : NSU, Mazda, Citroën ou encore Mercedes-Benz.

Mercedes-Benz C111 moteur Wankel
Dans les années 60, Mercedes-Benz croit au potentiel du moteur Wankel. Ici, Rudolf Uhlenhaut, responsable du développement avec le M950 F à trois rotors, utilisé en 1969 dans le véhicule expérimental C 111
Crédit photo :
Mercedes-Benz AG

La Mercedes-Benz C111 est une vitrine d’innovations

Mercedes-Benz travaillait sur le moteur rotatif Wankel depuis le début des années 60. Quelques prototypes avaient déjà été testés mais le projet C 101, commencé à la fin de l’année 1968 en est l’aboutissement. Côté technique, la voiture est propulsée par un moteur Wankel à 3 rotors avec un volume de chambre de 3 x 600 cm³, équivalant à un moteur à pistons alternatifs d’une cylindrée de 3600 cm³. Sa puissance atteint 206 kW (280 ch.) Ce qui lui autorise des performances exceptionnelles. La vitesse maximale atteint 260 km/h et l’auto accélère de 0 à 100 km/h en 5 s seulement. Six mois plus tard, un moteur 4 rotors lui permettra même d’afficher 257 kW (350 ch.) et d’atteindre 300 km/h.

Mercedes-Benz C111 I
Mercedes-Benz C 111 de la première version lors de tests sur le circuit de Hockenheim, 1969.
Crédit photo :
Mercedes-Benz AG
Voir les photos

Les innovations technologiques ne manquent pas non plus coté structure. La carrosserie est ainsi en plastique renforcé de fibres de verre et l’assemblage est fait par collage et rivetage. L’auto est également dotée d’un ABS expérimental et d’airbags

L’usine reçoit des chèques en blanc de clients !
Mercedes-Benz C111 I
Le style et la technologie de la C 111 sont spectaculaires
Crédit photo :
Mercedes-Benz AG
Voir les photos

Le design est encore plus spectaculaire. Il est réalisé sous la coordination de Bruno Sacco qui deviendra patron du design de la marque. L’auto fait 4,23 m de long sur 1,80 m de large et elle est surtout très basse (1,125 m). Ses portes papillon rappellent la légendaire 300 SL «Gullwing » de 1954. Et pour marquer plus encore ses lignes cunéiformes elle est peinte d’une couleur orange vif métallisé, baptisée " Weissherbst "en référence à certains vins d’outre-Rhin. Sa présentation est un électrochoc pour le public du salon de Francfort ; à tel point que certains clients potentiels ont déjà fait un chèque en blanc pour réserver la voiture ! Mais elle n’est pas destinée à remplacer la 300 SL papillon. Elle a juste changé de nom et abandonné C 101 pour devenir C 111 afin de ne pas avoir de problèmes avec Peugeot qui a déposé tous les chiffres comportant un zéro au centre.

Mercedes-Benz C111 I Francfort
C’est presque l’émeute sur le stand lors de la présentation de la Mercedes-Benz C 111 au Salon international de l'automobile (IAA) de Francfort le 11 septembre 1969
Crédit photo :
Mercedes-Benz AG

Malgré l’engouement de la presse et du public, la C 111 restera un véhicule expérimental. Le moteur Wankel ne sera jamais produit en série par Daimler-Benz et les 12 exemplaires fabriqués auront une « seconde vie » en s’attaquant à des records de vitesse avec des moteurs à pistons, essence mais aussi diesel. Ainsi, en mai 1979, la C 111-IV (V8 essence) établi un record du monde sur le circuit de Nardo en Italie à 403,978 km/h et roule une heure à la vitesse moyenne de 375km/h ! 

Mercedes-Benz C111-II
Mercedes-Benz C 111-II, la deuxième version du véhicule expérimental. Photo de mars 1970 sur la piste d'essai de l'usine d'Untertürkheim
Crédit photo :
Mercedes-Benz AG
Journal l'Argus du 16 septembre 1969
Journal l'Argus du 16 septembre 1969
Crédit photo :
L'argus
Voir les photos
à lire aussi