Skoda fait des moteurs depuis 1899 !

Publié le lun 28/10/2019 - 09:30 . Mis à jour le lun 28/10/2019 - 10:41. par Jean-Luc Moreau

Le 18 novembre 1899, la société Laurin & Klement dévoile son premier moteur monocylindre. Il équipe une moto et sera rapidement suivi par un bicylindre transversal puis par un 4 cylindres en ligne. En fait, beaucoup l’ignorent, mais Skoda a toujours été un brillant motoriste. Retour sur cette histoire méconnue.

Musée Skoda
Crédit photo :
Skoda
Voir les photos

Même si elle est dans le giron du groupe Volkswagen depuis 1991, Skoda a conservé un léger parfum de « voiture de l’Est », hérité de la période communiste. C’est d’autant plus injuste que la marque tchèque a souvent été à la pointe de la technologie, en particulier au niveau des moteurs.

Pour commencer « Skoda » fait des moteurs de motos

En 1895, l’entreprise basée à Mladà Boleslav, en Bohême, ne s’appelle pas encore Skoda mais Laurin & Klement, du nom de ses deux fondateurs. Au départ, elle fabrique des bicyclettes mais ne tarde pas à les équiper d’un moteur auxiliaire. Le 18 novembre 1899, une première grande étape est franchie avec la fabrication du premier moteur monocylindre de la marque. Il équipe une moto : la Slavia Type A. Grâce à un allumage électrique innovant et un carburateur mis au point par l’ingénieur Vaclav Laurin, elle développe une puissance de 1,75 ch., ce qui est remarquable à l’époque.

Motos L&K
Bicyclette à moteur auxiliaire Laurin & Klement (à gauche), Laurin & Klement moto Slavia CCD 1906 (à droite)
Crédit photo :
Skoda

Laurin & Klement innove encore avec la création du prototype BB, doté d’un moteur deux cylindres en ligne, placé transversalement à la route. Parallèlement, un moteur V2 est mis au point pour la type CC. La marque est si confiante dans la fiabilité de ses moteurs qu’elle n’hésite pas à engager un pilote de l’usine dans la course Paris-Vienne de 1902, longue de 1430 km. Seulement 4 motos sont à l’arrivée dont deux Laurin & Klement, qui remporte l’épreuve.

Laurin & Klement remporte le « championnat du monde moto » en 1905

En 1904, un 4 cylindres en ligne équipe la CCCC, une des premières motos de l’histoire dotée de ce type de mécanique. Elle possède aussi une chaîne de transmission qui entraîne la roue arrière au lieu d’une traditionnelle courroie en cuir. Les motos Laurin & Klement occupent le devant de la scène mondiale en 1905, lorsque Vaclav Vondrich remporte la 2e coupe internationale (en France, à Dourdan) au guidon d’une machine à moteur V2 de 693 cm³, avec 9 minutes d’avance sur le second !

2e coupe internationale moto 1905
2e coupe internationale moto 1905
Crédit photo :
Skoda

Après les motos : les autos

Outre les bicylindres à refroidissement par air, destinés aux deux-roues, Laurin & Klement conçoit un V2 à refroidissement liquide adapté aux automobiles. Il est présenté à Prague en avril 1905 et équipe la première voiture du constructeur : la Type A. Il s’agit d’une voiturette ne développant que 7 ch. Mais les choses vont vite s’accélérer. La cylindrée passe rapidement de 1005 cm³ à 1399 cm³ et la puissance grimpe à 10 ch. sur la série BS. Une variante « sportive » (BSC) de 12 ch. en est même extrapolée.

Laurin & Klement BSC de 1908
Laurin & Klement BSC de 1908
Crédit photo :
Petr Homolka, Skoda
Laurin & Klement BSC de 1908 moteur
Laurin & Klement BSC de 1908 moteur
Crédit photo :
Petr Homolka, Skoda

La société développe aussi des moteurs en ligne à deux, 4 et même 8 cylindres. C’est le premier du genre construit en Europe centrale et il équipe la FF en 1907. Laurin & Klement débauche également Otto Hieronimus qui a travaillé chez Benz puis chez Daimler. Ce brillant ingénieur conçoit le moteur FCR (5672 cm3, 100 ch.) qui propulse la voiture du même nom à 130 km/h… en 1909 !

Laurin & Klement BSC de 1908
Crédit photo :
Petr Homolka, Skoda

Après la première guerre mondiale, dédiée à la fabrication de matériel militaire, l’usine de Mladà Boleslav produit des moteurs pour l’aviation et l’industrie ainsi que des 6 cylindres à chemisage Knight (chemises mobiles sans soupapes) d’une très grande qualité. La marque est déjà le plus gros constructeur automobile d’Autriche-Hongrie lorsqu’elle intègre le groupe Skoda en 1924. Ce n’est pas un frein à l’activité d’ingénierie, au contraire.

Laurin & Klement  Skoda 110 1925
Laurin & Klement Skoda 110 1925

Skoda à l’ère du luxe

On l’a oublié mais, dans les années 30, les Skoda rivalisent avec les plus prestigieuses automobiles d’Europe de l’Ouest. La Skoda 860 dispose par exemple d’un 8 cylindres en ligne avec des chemises en acier traité et un vilebrequin qui tourne sur 9 paliers, ce qui lui assure une fiabilité remarquable.

skoda-860.jpg
La Skoda 860 8 cylindres est l'égale des Hispano-Suiza ou Rolls-Royce
Crédit photo :
Petr Homolka, Skoda

En 1935, la marque lance la Superb dont le nom résume à lui seul la philosophie : qualité et confort. Pour débuter, elle est mue par un 6 cylindres, 2,5 l, de 55 ch. Mais, avec l’arrivée d’un arbre à cames en tête et d’une cylindrée de 3137 cm³, la puissance de la Superb 3000 OHV grimpe à 85 ch. Une Superb 4000 (typ 919) à moteur V8, 4 l, est même fabriquée en très petite quantité juste avant la guerre.

Skoda Superb 3000 OHV 1948
Skoda Superb OHV 1948
Crédit photo :
Petr Homolka, Skoda
Skoda Superb 3000 OHV 1948 et Superb 4000
Skoda Superb 3000 OHV 1948 et Superb 4000
Crédit photo :
Petr Homolka, Skoda

Skoda à l’ombre de la guerre et du rideau de fer

Évidemment, la 2e guerre mondiale est une période trouble pour le groupe avec la fabrication massive de canons et de chars pour l’armée allemande. Le passage à l’Est, à la fin des hostilités, l’est tout autant…

Sous l’ère communiste, Skoda Auto à Mladà Boleslav est séparé de la société mère et le mot luxe disparaît du vocabulaire de la marque. Cela n’empêche pas l’innovation. Le moteur de la Skoda 1000 MB dispose ainsi d’un bloc moteur en aluminium moulé sous pression, produit selon un brevet tchèque. C’est une technologie qui permet de limiter le poids afin de respecter le cahier des charges fixé par le gouvernement : moins de 700 kg, moins de 7 l/100 km. L’auto est une 4 portes à moteur arrière développant 42 ch. Sa carrière sera courte (1964 – 1969) mais c’est elle qui lance la production « à grande échelle » de Skoda.

SKODA 1000 MBX
SKODA 1000 MBX
Crédit photo :
Petr Homolka, Skoda

La technologie avancée du moulage sous pression a également fait ses preuves en course, notamment avec la Skoda 130 RS, une voiture légère (720 kg), puissante (140 ch.) et rapide (220 km/h), gagnante, entre autres, de sa catégorie au rallye de Monte-Carlo 1977.

Skoda 130RS
Skoda 130RS
Crédit photo :
Skoda
Skoda 130RS moteur
Skoda 130RS moteur
Crédit photo :
Adrien Cortesi, Skoda

Le motoriste de Volkswagen

Entré dans le giron de Volkswagen en 1991, Skoda fournit, depuis 1997, des moteurs à d'autres marques du groupe. En 2019, l’usine de Mladá Boleslav a produit plus de deux millions de moteurs MPI (essence) à trois ou quatre cylindres. Elle s’enorgueillit également de son passé avec un très beau musée situé dans le bâtiment historique de l’usine.

Skoda Popular Monte Carlo
Skoda Popular Monte Carlo
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Voir les photos
à lire aussi