Le trésor caché de Mercedes

Publié le lun 15/07/2019 - 08:06 . Mis à jour le ven 20/09/2019 - 14:33. par Jean-Luc Moreau

Dans des entrepôts près de Stuttgart dort une des plus fabuleuses collections automobile du monde. 600 voitures d’exception qui constituent la face immergée de l’iceberg de la collection Mercedes.

réserves musée Mercedes-Benz
Dans cet alignement, la voiture portant le numéro 722 est la 300 SLR, victorieuse des 1000 Miglia de 1955 aux mains de Stirling Moss
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Voir les photos

Fellbach, à quelques kilomètres de Stuttgart, est une petite bourgade allemande comme il en existe tant d’autres. L’architecture des maisons y est on ne peut plus quelconque et la quiétude qui y règne confine à l’ennui. Bref, rien, à priori, ne mérite qu’on s’intéresse à l’endroit si ce n’est que Fellbach abrite, dans le plus grand secret, un des plus précieux trésors automobile du monde !

Seuls quelques privilégiés ont accès ici, dont certains journalistes…

C’est en effet ici, derrière des façades anonymes (qu’il est interdit de photographier) que « dort » la collection privée du célèbre constructeur allemand. Au total pas loin de 600 voitures sont entreposées dans 3 hangars très spéciaux dont l’accès est particulièrement restreint. Hormis les employés du « Oldtimer Center » (le département voiture de collection de Mercedes), seuls quelques privilégiés, dont quelques journalistes, y ont accès …

Si l’on prend de telles précautions (le système d’alarme est digne de la banque de France), c’est que ces 600 modèles n’ont rien de commun avec la voiture de « monsieur Toulemonde ».

réserves musée Mercedes-Benz
Les voitures sont rangées dans des boîtes à la manière de modèles miniatures ou alignées sous des bâches. 130 ans d’histoire dorment ainsi dans 3 entrepôts secrets.
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

Stockées comme de gros jouets

Empilés dans des boîtes en bois à la façade vitrée (un peu à la manière de modèles réduits) ou alignés sous des bâches sombres sommeillent des prototypes, des voitures de record, des voitures de course et des modèles d’exception qui ont marqué l’histoire de l’automobile. Toutes sont bien sûr des Mercedes, beaucoup sont extrêmement rares et certaines sont uniques, d’où la valeur inestimable de ce « patrimoine ». On n’ose en effet imaginer le prix de vente qu’atteindrait l’unique exemplaire de la W25 de record (1936) du grand champion Rudolf  Carraciola quand on sait que la W196 de Formule 1 (1954) conduite par Juan Manuel Fangio, beaucoup plus « commune », s’est vendue aux enchères en 2013 pour la coquette somme de 31 millions de dollars !

réserves musée Mercedes-Benz
Derrière une 300 SL cabriolet presque "banale", la W25 de records est sagement entreposée en attendant son tour d'être exposée dans le musée
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
Il y a 5 fois plus de voitures dans les réserves que dans le musée !
réserves musée Mercedes-Benz
Une W196 de Formule 1 (1954) conduite par Juan Manuel Fangio. Un modèle équivalent a atteint 19,6 millions de £ dans une vente Bonhams en 2013
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

La marque elle-même n’hésite d’ailleurs pas à investir des fortunes pour enrichir encore ses « réserves » ; et ça ne date pas d’hier… Depuis le tricycle de Karl Benz en 1886, considéré comme la première voiture du monde, le nom de Mercedes-Benz a toujours été étroitement lié à l’évolution de l’automobile. Il n’y a donc rien d’anormal à ce que la marque se soit intéressée à son histoire dès le début des années 20.

tricycle Benz
Le tricycle de Carl Benz est considéré comme la première « vraie » voiture du monde
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

Le plus ancien musée automobile du monde

Le premier musée a ouvert ses portes à Untertürkheim (près de Stuttgart) en 1923 et depuis les pièces rares ou précieuses n’ont jamais cessé d’enrichir la « collection ». Malgré un nouveau bâtiment ultra-moderne, inauguré en 2006, l’exposition publique n’offre que 160 places. Il a donc fallu stocker ces trésors ailleurs. Résultat : il y a aujourd’hui 5 fois plus de voitures dans les réserves que dans le musée !

Musée Mercedes avant guerre
Le premier musée de Mercedes-Benz a ouvert ses portes au sein de l’usine d’Untertürkheim en 1923
Crédit photo :
Daimler AG
Il y a bientôt un siècle que Mercedes collectionne ses voitures. Le "stock" est forcément conséquent !
Musée Mercedes
Le musée actuel, inauguré en 2006, n’offre que 160 places pour exposer les voitures
Crédit photo :
Daimler AG

C’est peut-être parce qu’il n’y a pas de mise en scène et que la découverte de ces lieux fait appel à l’imagination de chacun que l’émotion est si forte. En soulevant le coin d’une bâche on peut ainsi avoir un pincement au cœur en découvrant une des légendaire flèche d’argent d’avant guerre. On imagine le grondement sourd de la W125 de 1937 dont le 8 cylindres gavé par compresseur et alimenté par un mélange d’acétone et d’alcool éthylique développait jusqu’à 637 ch ! Au prix d’une consommation de plus de 100 litres au cent, la version carénée dépassait 300 km/h, une vitesse qui ne sera dépassée en course que 20 ans plus tard… Plus loin c’est une Mercedes Simplex qui attend patiemment. Elle fut baptisée ainsi car en 1902 c’était la première voiture réellement facile à conduire. Ces performances étaient de plus exceptionnelles pour l’époque puisque ce « tacot » vendu au milliardaire américain W. K. Wanderbilt atteignit 111,8 km/h.

W125 Streamliner et Mercedes Simplex
Deux légendes d’avant-guerre dans le « coffre à jouets » : la flèche d’argent W 125 victorieuse sur le circuit de l’AVUS en 1937 avec Manfred von Brauchitsch et une Mercedes Simplex
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

N’imaginez tout de même pas que ces merveilles sont à l’abandon. Tous les véhicules présents dans ces stocks sont en parfait état de marche et participent même à de nombreuses manifestations. D’ailleurs, pour que le public puisse voir encore rouler la version carénée de la formule 1 W196 R championne du monde avec Fangio en 1955, on a même re-fabriqué, à l’identique, une carrosserie en aluminium qui remplace la coûteuse et très difficilement réparable carrosserie en magnésium d’origine.

Mercedes formule 1 W196 R
Derrière cette Mercedes SS, une carrosserie de « rechange » en aluminium de la formule 1 W196 R. L’originale était en magnésium.
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau

Chaque année, des dizaines de voitures sortent ainsi pour prendre part à des salons ou participer à des courses historiques. Les modèles qui « ont pris l’air » passent ensuite en révision ou restauration dans les ateliers du Oldtimer Center, le premier département « Classic » à avoir ouvert (en 1993) chez un constructeur automobile. Depuis, on peut y réparer ou restaurer, grâce aux techniques les plus modernes comme l’impression 3D, absolument tous les modèles Mercedes sortis depuis 1886 ! Parfaitement conditionnées, elles retournent ensuite « dormir » dans leur prison dorée... En effet, malgré l’ouverture du nouveau musée, avec 600 voitures « en stock », la plus belle collection du monde reste encore inaccessible au public…

Mercedes SS (1929)
Les trésors de Mercedes ne restent pas toujours au garage. Cette SS (1929) a participé aux 1000 milles historiques. Elle passe à l’atelier avant de retourner dans les « stocks »
Crédit photo :
Jean-Luc Moreau
à lire aussi